Pour cette série de reportages, Caroline part à la rencontre d'une communauté de gens du voyage qui réside sur l’aire d’accueil d’Hellemmes-Ronchin, près de Lille. L'occasion de rencontrer la jeune Pruna, 19 ans, qui vit ici depuis ses 8 ans.

Pruna Demestre, 19 ans, réside sur l'aire d'accueil des gens du voyage d'Hellemmes-Ronchin, dans des conditions qu'elle déplore
Pruna Demestre, 19 ans, réside sur l'aire d'accueil des gens du voyage d'Hellemmes-Ronchin, dans des conditions qu'elle déplore © Radio France / Caroline Gillet

C’est sur une aire d'accueil des gens du voyage, entre Hellemmes et Ronchin, dans la périphérie de Lille, que Pruna Demestre, sa famille et près de 200 personnes vivent depuis 2010. Le "campement" est particulièrement excentré et difficile d’accès du fait de sa localisation entre terrains vagues et usines.   

Quelques unes des caravanes et habitant.e.s de l'aire d'accueil, regroupant 200 personnes et près de 50 familles.
Quelques unes des caravanes et habitant.e.s de l'aire d'accueil, regroupant 200 personnes et près de 50 familles.

On n'est pas vraiment situé·e·s sur une carte… On n'est situé·e·s nulle part en fait, si tu veux.

     Des conditions de vie aux répercussions lourdes   

Les activités polluantes provenant des sites industriels environnants ont eu des effets tragiques sur la santé des proches et de l’entourage de Pruna, allant même jusqu'à causer le décès prématuré de son oncle, des suites d’un cancer, puis celui de sa mère en 2019.  

Sa mort, pour moi, n’est pas juste. C’est toujours dans ces moment là qu’on se demande pourquoi. Pourquoi vous, pourquoi nous ?

Les maladies respiratoires, les bronchites, bronchiolites, allergies ou encore les formes d'asthme, sont importantes chez les nouveau-nés et les personnes âgées ou fragiles de la communauté. L'aire d'accueil étant située entre une centrale à béton, une station de concassage de gravats et un champ de blé où sont épandus engrais et pesticides, les résident·e·s du site ont même été atteint·e·s de la gale du ciment.

En visite vers l'une des nombreuses usines encadrant l'aire d'accueil d'Helemmes-Ronchin.
En visite vers l'une des nombreuses usines encadrant l'aire d'accueil d'Helemmes-Ronchin.

La communauté est ainsi contrainte de pratiquer une forme de confinement prolongé depuis de nombreuses années, afin de réduire leur exposition à la pollution extérieure, même par grande chaleur. 

L’activisme comme levier de changement  

C’est à la suite de la maladie de sa mère, menant à son décès prématuré en 2019, que Pruna décide de s’engager dans le Collectif Femmes LM Ronchin, afin de défendre les droits et la dignité de sa communauté et dans l’optique d’améliorer, à court, moyen et long termes, leurs conditions de vie.   

Je ne voulais pas qu’elle vive dans ces conditions, je voulais qu’elle puisse sortir, profiter de l’air. C’est pour ça que je veux continuer dans le collectif. C’est pour rendre les gens que j’aime fiers de moi. Je veux vraiment que les gens soient à l’aise où ils vivent, pas qu’on les empêche à cause de là où ils vivent. Ça, c’est important pour moi. 

Le Collectif Femmes LM Ronchin œuvre, à cette fin, à dénoncer l’ostracisme et l’indifférence institutionnelle que vit la communauté du voyage d'Hellemmes et s’affaire à porter leur voix à l’échelle municipale, auprès des conseils de la ville.

Pour aller plus loin

  • Découvrir le film Nos poumons, c'est du béton du Collectif Femmes LM Ronchin
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe