Nouvel épisode de la série de reportages consacrée à la Réunion, côté mer. En bateau vers un occupant de ces parages de l’Océan indien qui a fait couler beaucoup d’encre et pas mal de larmes : le requin bouledogue, responsable d’une vingtaine d’attaques, dont 11 mortelles.

Le Centre Sécurité Requin
Le Centre Sécurité Requin © Radio France / Giv Anquetil

C’est un sujet très clivant à la Réunion, entre pro et anti requins. 

Ce qu’on sait, c’est que voilà bientôt 10 ans, des requins bouledogue jusqu’alors cantonnés sur la côté Est sont venus chasser sur la côte Ouest et ses plages touristiques. Et que l’on ne sait pas pourquoi. Pollution des zones urbaines, carcasses rejetées en mer, surpêche, changement de la salinité de l’eau : autant d’hypothèses qui ont toutes en commun les activités humaines.

Depuis les attaques de 2013, les plages non protégées sont interdites
Depuis les attaques de 2013, les plages non protégées sont interdites © Radio France / Giv Anquetil

En attendant, la baignade est toujours strictement limitée, et à chaque aileron signalé (comme la semaine dernière à Trois Bassins), les grands moyens sont lancés. Et la pêche se poursuit. Sauf qu’on attrape toujours moins de requins bouledogue, les principaux responsables des attaques : ils ne représentent que 7% des prises… 

Pêcheur à St Gilles, Pascal fait partie de l'équipe en charge de la pose des pièges à requins
Pêcheur à St Gilles, Pascal fait partie de l'équipe en charge de la pose des pièges à requins © Radio France / Giv Anquetil

Bref après des années de ce qu’on appelle pudiquement les « prélèvements », beaucoup concèdent, qu’après l’émotion très légitime, il va bien falloir trouver une autre solution, pour faire coexister les humains et ce qui reste de requins.

Le centre Sécurité Requin teste aussi des dispositifs répulsifs, sans grand succès jusqu'à présent
Le centre Sécurité Requin teste aussi des dispositifs répulsifs, sans grand succès jusqu'à présent © Radio France / Giv Anquetil
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.