Avec plus de 1600 km de côte, la Guinée abrite une des mangroves les plus riches d’Afrique de l’Ouest, avec une surface de 2039 km2, 7 espèces répertoriées selon des données de 2006. Focus sur les périls et initiatives pour préserver cet écosystème unique.

Instrument de capture des mouches tsé-tsé au cœur des mangroves
Instrument de capture des mouches tsé-tsé au cœur des mangroves © IRD

La Guinée est le pays le plus touché par la trypanosomiase humaine africaine (THA, qu’on appelle plus couramment la maladie du sommeil) en Afrique de l'Ouest. Ou pour le moins, « était ». Car les cas ne cessent de diminuer à la faveur d’un programme de lutte national contre cette maladie tropicale négligée, transmise par la mouche tsé-tsé (glossine).

« C’est une vieille maladie. Dans les années 60 on avait tendance à croire qu’elle avait disparu. Mais dans les années 70-80 on a observé une résurgence, avec des foyers très clairement identifiés sur le littoral, et en particulier dans les zones de mangrove », résume Moïse Kagbadouno, entomologiste pour le Programme national de lutte contre la THA. Depuis 1996, il sillonne à bord de pirogues de pêcheurs les campements temporaires et permanents installés au cœur de cet écosystème composé de diverses variétés de palétuviers. On distingue leurs impressionnantes racines en arceaux surplombant l’eau quand la marée n’est pas trop haute.

L’entomologiste Moïse Kagbadouno au cours de ses missions de suivi dans les campements installés dans les zones de mangrove
L’entomologiste Moïse Kagbadouno au cours de ses missions de suivi dans les campements installés dans les zones de mangrove / Agnès Faivre

« Les conditions de ce biotope favorisent la présence des mouches tsé-tsé. Elles y trouvent l’humidité et de quoi se nourrir, avec la présence de la faune sauvage (reptiles, varans, crocodiles, singes) et de l’homme qui exerce de nombreuses activités dans ces zones, comme la pêche, la riziculture ou la saliculture », poursuit-il, en longeant les côtes d’estuaires ou de chenaux bordées de rhizophoras et d’avicennias, deux des espèces de palétuviers les plus répandues en Guinée. Et de garder un œil au passage sur une appli qui géolocalise des écrans disposés sur les branches de palétuviers. 

« Ces écrans, en forme de drapeaux bleu et noir, constituent notre outil principal de lutte anti-vectorielle. La couleur bleue attire la mouche tsé-tsé, et le noir peut lui faire croire qu’il s’agit d’un appât. Mais ils sont imprégnés d’insecticides. Depuis qu’on a commencé à les déployer à proximité des zones d’activité humaine, on a observé une diminution du nombre de mouches entre 60 et 90% selon les zones », précise-t-il.

Installation des écrans bleu et noir fixés sur des branches de  palétuviers
Installation des écrans bleu et noir fixés sur des branches de palétuviers / IRD

« Depuis près de 10 ans, l’Institut de recherche pour le développement (UMR IRD/CIRAD InterTryp) travaille en partenariat étroit avec le programme national de lutte de Guinée afin d’améliorer les stratégies de lutte et aller vers l’élimination de la maladie du sommeil. Dans le cadre d’un projet financé par la fondation Bill & Melinda Gates, la lutte contre les glossines a été introduite pour la première fois dans le foyer de Boffa en 2012. Des résultats spectaculaires ont été observés avec une très nette accélération du processus d’élimination dans les zones ou les écrans bleus avaient été déployés. Les campagnes de lutte contre les mouches tsétsé ont ensuite été étendues à l’ensemble des foyers actifs du littoral (Boffa, Dubreka et Forécariah) dans le cadre d’un second projet de la fondation Gates : Projet TrypaNO ! (2016-2022) qui vise à atteindre l’objectif d’élimination de la maladie du sommeil dans 4 pays (Guinée, Côte d’Ivoire, Tchad et Ouganda) », complète Bruno Bucheton, généticien à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Départ du campement permanent de Dobiré
Départ du campement permanent de Dobiré / Agnès Faivre

Dans le village de Dobiré, l’équipe de Moïse Kagbadouno va à la rencontre des habitants. Ces visites de suivi périodiques permettent d’évaluer l'impact de la lutte sur la densité des mouches tsé-tsé dans la zone et sur le taux d'infection par le parasite. Des dépistages ont également lieu deux fois par an. Les chercheurs s’entretiennent en particulier avec la cheffe du village Bintia Touré, frêle femme âgée qui accueille les visiteurs avec un plat de crevettes pêchées le matin-même. « Depuis que les écrans sont installés, il y a beaucoup moins de mouches, même de moustiques, dit-elle. Ce qui est difficile pour nous, c’est que la mer commence à nous envahir, parce qu’on a pas de digue de ceinture ». Elle indique les lieux où les écrans ont pu être endommagés, et donne son autorisation pour poursuivre le dispositif. « L’association des populations est essentielle, car elle permet une couverture optimale des zones mais aussi une pérennisation des activités de lutte. Ce qui est notable, c’est qu’elles le font de façon bénévole », note Dansi Camara, jeune entomologiste qui a rejoint l’équipe de Moïse Kagbadouno.

Laboratoire de recherche sur la THA de Dubreka
Laboratoire de recherche sur la THA de Dubreka / IRD

Si les résultats obtenus jusque-là en Guinée sont plutôt satisfaisants, les recherches se poursuivent au laboratoire de Dubreka, avec pour objectif de parvenir à une éradication totale de la maladie du sommeil. « Une découverte récente du Programme National de Lutte contre la THA en Guinée et de ses partenaires (IRD, Institut Pasteur) a été de montrer l’existence de porteurs asymptomatiques. Chez ces personnes qui ne sont actuellement pas traitées, il a été montré que les parasites se « cachaient » en fait dans la peau. Un nouvel essai clinique mené dans le laboratoire de Dubreka vise à traiter ces personnes avec un nouveau médicament oral qui s’administre en prise unique (l’acoziborole) : un grand espoir dans la perspective d’éliminer la maladie du sommeil de façon durable et d’interrompre la transmission », indique Bruno Bucheton.

Localisation du campement de Dobiré sur le littoral guinéen
Localisation du campement de Dobiré sur le littoral guinéen / Google Map
Programmation musicale
  • GAETAN ROUSSELTu ne savais pas (radio edit)2020