Suite de notre série de reportages sur la biodiversité dans la Somme. Zoom sur les tourbières de Longpré-Les-Corps-Saints. Un programme européen vient de commencer pour protéger ces tourbes capables de stocker une quantité non négligeable de carbone. Si on ne les entretient pas, c'est une bombe climatique.

Antoine Gazé, du Conservatoire des espaces naturels, examine l'état des tourbières au marais de Long.
Antoine Gazé, du Conservatoire des espaces naturels, examine l'état des tourbières au marais de Long. © Célia Quilleret

Quand la nature rend service à l'homme !  Pour ce deuxième épisode, Célia Quilleret, vous nous emmenez dans la vallée de la Somme, à Longpré les Corps Saints, à la découverte des Tourbières, un programme européen vient en effet de démarrer pour protéger ces espaces. 

Car les tourbières souvent méconnues sont précieuses pour la biodiversité et le climat. Si elles étaient autrefois exploitées par une usine hydroélectrique, aujourd'hui, le conservatoire des espaces naturels les protège.  Nous sommes au marais communal de Long, une des plus grandes vallées tourbeuses alcalines du nord de l'Europe, au milieu de grands espaces d'étangs, de zones de chasse et de pâturage, il y a même des chevaux de Camargue qui regardent les cygnes sur l'eau. Mathieu James et Antoine Gazé du conservatoire des espaces naturels de Picardie participent à une expérience de carottage de tourbes, pour examiner leur qualité et comprendre leur intérêt.  

Ces tourbières sont en effet très importantes pour la qualité de l'air comme pour la biodiversité. C'est pour cela que le programme européen Life Anthropofens a débloqué plus de 18 millions d'euros pour restaurer ces espaces dans les Hauts de France et en Belgique.

Programmation musicale
  • EZECHIEL PAILHESTu te rapelleras2020
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.