Comment concilier élevage et biodiversité ? Suite de notre série de reportages en Baie de Somme, à cinq mois du Congrès de l'UICN, l'union internationale de conservation de la nature. Au plat marais de Quend, un éleveur de vaches Aubrac a décidé de reprendre une prairie humide pour la restaurer.

Alexandre Loye et Yann Dufour au plat marais de Quend.
Alexandre Loye et Yann Dufour au plat marais de Quend. © Radio France / Célia Quilleret

En Baie de Somme, la déprise agricole entraîne depuis quelques années la disparition de certains habitats et donc d'espèces. Face à cela, des éleveurs s'engagent pour reprendre des terres. Alexandre Loye en fait partie. Cet éleveur de vaches Aubrac a repris ces terres pour laisser pâturer ses vaches et des espèces réapparaissent. Il y a en effet en Baie de Somme un programme de maintien de l'élevage pour sortir de l'oubli ces marais communaux et cela permet de restaurer ces espaces. Yann Dufour, directeur du service environnement au Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral observe des résultats assez rapides sur la biodiversité. L'idée serait donc de convaincre d'autres éleveurs de reprendre ainsi des prairies humides, mais il est de moins en moins facile de maintenir les éleveurs en place. 

Cela suppose d'accompagner leur installation de mesures agro-environnementales. Le syndicat mixte Baie de Somme grand littoral picard met en place une marque "Baie de Somme saveurs" avec une dizaine d'éleveurs engagés, ils doivent se plier à un cahier des charges précis pour concilier élevage et respect de la biodiversité.

Programmation musicale
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.