Cette semaine, nous partons dans la Meuse, à Bure, où se prépare le projet d’enfouissement des déchets les plus radioactifs et de très longue durée.

Laboratoire de l'ANDRA, à Bure
Laboratoire de l'ANDRA, à Bure © .

Le projet Cigeo, le "Centre industriel de stockage géologique des déchets radioactifs", mené par l’Andra, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, prévoit d’enfouir à 500 mètres sous terre, 100 000 m3 de déchets nucléaires les plus radioactifs, pour des centaines de milliers d’années. Ou pour toujours.

Mais depuis 20 ans, ce projet rencontre l’opposition de militants anti-nucléaires et d’habitants inquiets pour leur sécurité, et pour la nôtre.

Nous irons d'ailleurs cette semaine à Bar-le-Duc, pour suivre le procès emblématique de sept militants, accusés "d’association de malfaiteurs", pour avoir manifesté plusieurs fois contre le projet Cigeo.

Mais avant, nous descendons dans les souterrains du laboratoire de l’Andra, à Bure. Ce laboratoire est une sorte de numéro zéro, dans lequel l’Andra effectue des expérimentations pour tester la résistance de la roche, la température sur le soutènement des alvéoles de stockage, etc… Il est situé à quelques kilomètres d'un autre centre dans lequel seront, peut-être, enfouis les déchets nucléaires les plus radioactifs, et dont les travaux pourraient commencer dès 2025. 

Programmation musicale
L'équipe