Quelques jours après les manifestations d’agriculteurs qui ont eu lieu à Paris mais aussi à Berlin, Arnaud Daguin pose la question de l’avenir de l’agriculture ou plutôt : est-ce que l’agriculture est un métier d’avenir ?

En ces temps de dénigrements, de craintes voire de peurs quant à notre production agricole, il m’a paru pertinent de tenter de remettre les choses à plat et notamment de lire calmement la trajectoire que semble prendre notre agriculture pour les années qui viennent.

Alors bien sûr, quatre minutes et demi ne suffiront pas à faire le tour du sujet mais il m’a semblé intéressant de rapporter ici le regard de quelqu’un qui passe sa vie à faire ce que l’on appelle du « développement agricole », et qui est en permanence au contact de dizaines d’agriculteurs de tous types et de toutes tailles.

Ce « quelqu’un » s’appelle Sébastien Roumégous, multi-entrepreneur de l’agroécologie, en France et à l’étranger, il est entre autres le cofondateur du « CDA » Centre de Développement de l’Agroécologie, basé à Bourg-en-Bresse.

Je lui ai demandé où en était l’agriculture. Je lui ai aussi demandé si on pouvait produire et protéger en même temps : car en voilà un joli programme, mais ça se traduit comment concrètement ?

Produire des services écologiques, en plus de notre alimentation ? Serait-ce là la voie à suivre pour que cette agriculture s’inscrive dans un avenir… positif voire radieux ?

Alors voilà, coller à l’évolution du marché et, en même temps, augmenter sa capacité de résilience, le faire pour la société et pour sa propre entreprise, c’est sans doute comme ça que l’agriculture va se positionner réellement comme un métier d’avenir.

Alors, gardons notre sens de l’humus et faisons confiance aux paysans et à leurs démarches de progrès agroécologique.

Programmation musicale
L'équipe
  • Arnaud DaguinAncien chef étoilé, expert en stratégie alimentaire
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.