Résolution française sur la reconnaissance d’un État palestinien
Résolution française sur la reconnaissance d’un État palestinien ©

« Le dialogue suppose que chaque partie puisse aller jusqu'au bout de son droit, ce qui, pour les Palestiniens comme pour les autres, peut, le moment venu, signifier un État ».

Voici ce que déclarait François Mitterrand à la Knesset en mars 1982. trente deux ans après ce discours, vingt-et-un après les accords d’Oslo aujourd’hui au point mort, cette réalité d’un état palestinien n’est toujours pas advenue.

Demain, après d’autres parlements en Europe , les députés français s’apprêtent à voter une résolution socialiste, une résolution qui affirme « l’urgente nécessité d’aboutir à un règlement définitif du conflit permettant l’établissement d’un état démocratique et souverain de Palestine »

Règlement définitif ? Objectif ambitieux pour l’un des plus vieux conflits du monde. François Hollande et la diplomatie française ne seront pas contraints par ce vote…

Mais réaffirmer la solution de deux états sera un signal fort disent ses défenseurs, signal fort pour la reprise des négociations en vue d’aboutir à la paix, signal fort surtout en direction du gouvernement de Benjamin Netanyahu qui poursuit sans relâche l’extension des colonies.

Posture dérisoire, voire contre-productive, rétorquent ses détracteurs qui voient dans cette reconnaissance unilatérale une façon de dédouaner les Palestiniens, et notamment le Hamas, de leurs propres responsabilités

Et vous ?

Pensez-vous que la diplomatie parlementaire française est de nature, ou non, à favoriser le processus de paix ?

Hubert Védrine attend vos questions au 01 45 24 70 00, sur franceinter.fr, Facebook et Twitter au hashtag #TelSonne.

Avec comme invité :

Hubert Védrine, diplomate et homme politique français, membre du Parti socialiste.

En duplex de Jérusalem: Sébastien Laugénie , correspondant permanent

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.