Sans doute bientôt la fin du changement d’heure en Europe. Reste à savoir quelle sera l’heure retenue par la France. Heure d’été ou heure d’hiver. Les avis sont partagés. Eclairage avec une chronobiologiste, un physicien de l’observatoire de Paris et la présidente de la commission « transports » du parlement européen.

Allez-vous préférer le soleil du réveil ou le pot en regardant le coucher du soleil
Allez-vous préférer le soleil du réveil ou le pot en regardant le coucher du soleil © Getty / Ozhan Zambak / EyeEm

À la fin du mois de mars, comme chaque année depuis 1976, nous avancerons nos montres et nos pendules d’une heure pour passer à l’heure d’été. C’est le même rituel depuis 43 ans, officiellement pour faire des économies d’énergie. Mais ce modèle ne fait plus l’unanimité, loin de là, à tel point que l’Union Européenne serait prête à abolir la fameuse directive sur le changement d’heure. Sauf qu’avec l’Union, rien n’est jamais simple. Les procédures sont multiples, longues et compliquées. On va d’ailleurs voir ce soir, où en est le processus de décision. Sachant que la commission « transports » du parlement européen doit se prononcer sur le sujet lundi.

Autre question, si on renonce au changement d’heure, quelle heure choisir ? En France, faudrait-il rester toute l’année à l’heure d’été, à l’heure d’hiver ? Ou, troisième possibilité, choisir l’heure GMT, le fameux Greenwich mean time. L’Assemblée Nationale a entrepris de consulter les Français sur cette question.

La consultation qui s’achèvera dimanche montre que les avis sont partagés. Ce soir, on va tenter de peser le pour et le contre, d’entendre les arguments des uns et des autres. Les arguments du corps médical, des défenseurs de l’environnement, et de vous tous au bout du fil, sachant que selon que vous êtes du soir ou du matin et que selon l’endroit où vous habitez, vous n’aurez sans doute pas le même point de vue…

Posez vos questions à nos invités au 01 45 24 7000 : 

Karima Delli, présidente de la Commission Transports au Parlement européen

Arnaud  Landragin, directeur du laboratoire du Syrthe (système de référence Temps-Espace) de l'Observatoire de Paris et directeur de recherche au CNRS

Joëlle Adrien, neurobiologiste, directrice de recherche à l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), spécialiste du sommeil

Les invités
  • Karima DelliPrésidente de la Commission Transports au Parlement européen
  • Arnaud LandraginDirecteur du laboratoire du Syrthe (système de référence Temps-Espace) de l'Observatoire de Paris et directeur de recherche au CNRS
  • Joëlle AdrienPrésidente de l'Institut national du sommeil et de la vigilance. Neurobiologiste, directrice de recherche à l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), spécialiste du sommeil
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.