Tandis que le gouvernement privilégie désormais une stratégie territorialisée, certains préconisent un reconfinement général du pays pour enrayer l’épidémie. Faut-il espérer un confinement strict qui permette de diminuer drastiquement la pandémie ou bien des mesures régionalisées pour vivre avec le virus ?

Cet après-midi, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé son désaccord avec la proposition du gouvernement d’un confinement le week-end pour la capitale, qu’elle a dit trouver « difficile, dure, voire inhumaine ». C’est pourtant la solution adoptée la semaine dernière par la ville de Dunkerque et le département des Alpes-Maritimes, lesquels sont, au même titre que Paris, placés sous haute surveillance en raison d’une forte circulation du virus. 

Dès lors, comment comprendre la stratégie française de lutte contre le Covid ? Les avis sont partagés quant aux mesures à prendre pour endiguer l’épidémie : tandis que l’infectiologue Gilles Pialoux estime qu’un reconfinement « est inévitable », Jérôme Salomon, directeur général de la santé, pense à l’inverse qu’il est toujours possible d’y échapper – et mise pour cela sur les nouvelles mesures territorialisées adoptées par le gouvernement depuis la semaine dernière.

  • Un reconfinement national est-il inéluctable ? Si oui, combien de temps devrait-il durer pour permettre une réelle décélération de l’épidémie ? 
  • Le choix d’un troisième confinement permettrait-il, à sa levée, une réouverture des lieux de culture et de restauration ?
  • Les mesures territorialisées permettront-elles de tenir jusqu’à ce que la campagne vaccinale fasse effet ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Avec nous pour en parler 

  • Rémi Salomon est président de la Commission médicale d’établissement de l’AP-HP.
  • Philippe Amouyel est professeur de santé publique au CHU de Lille est professeur de santé publique au CHU de Lille.
Les invités
  • Rémi SalomonChef de service à l’hôpital Necker et vice-président de la commission vie hospitalière, chargé des conditions de travail à l’AP-HP
  • Philippe Amouyeldirecteur de la fondation Alzheimer, épidémiologiste, professeur de santé public au CHU de Lille.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.