L’entreprise ferroviaire publique tourne une page. Guillaume Pepy passe aujourd'hui la main à Jean-Pierre Farandou. Le nouveau dirigeant a donc les clés d’une SNCF perturbée ces derniers temps et bientôt transformée puisque l’entreprise doit accepter cette année l’ouverture à la concurrence. Quelle SNCF pour demain ?

Guillaume Pepy passe aujourd'hui la main à Jean-Pierre Farandou

Nouveau dirigeant, nouvelle ligne : la SNCF change de cap et indique qu’elle "n’irait pas devant le TGI [Tribunal de Grande Instance] pour faire reconnaître le 'caractère illégal' de la mobilisation d’octobre" où certains cheminots avaient utilisé leur droit de retrait.

C’est le secrétaire d’Etat chargé des transports qui l’a annoncé sur LCI. Jean-Baptiste Djebarri explique que c’est le "moment d’insuffler une nouvelle dynamique."

Une nouvelle dynamique alors que la SNCF s’enlise dans un conflit social qui n’est pas prêt de s’arrêter. 

Les rails français s’ouvrent à la concurrence en décembre pour les TER et en 2020 pour les TGV. 

Qu’attendre de cette nouveauté ? Quels sont les dossiers que Jean-Pierre Farandou a sur la table ? Qu’attend-on de ce nouveau souffle à la SNCF ? Et vous, qu’attendez-vous de la SNCF ?  

Le standard est ouvert, toutes vos questions sont attendues au 01.45.24.70.00 ou sur telsonne@radiofrance.com

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.