Dodo la Saumure dans ses établissements de Tournai en Belgique avant le début du procès Carlton. Le 27/01/2015.
Dodo la Saumure dans ses établissements de Tournai en Belgique avant le début du procès Carlton. Le 27/01/2015. © PHOTOPQR/VOIX DU NORD - Dominique Alderweireld

150 000 euros par jeune femme, étrangère, exploitée par un proxénète …L’image d’Epinal du « Julot au grand cœur » faisant travailler des « filles de joie » est définitivement caduque : ni grand cœur, ni joie dans la définition du proxénétisme : tirer un profit quel qu’il soit de la prostitution d’autrui, il constitue aujourd’hui une dimension de la traite des êtres humains.

Les filières de cet esclavage moderne , avec ses bourreaux et ses victimes, des victimes toujours fragiles psychologiquement, affectivement et économiquement bien sûr, changent selon les époques. Aujourd’hui, entre 80 et 90% des prostituées qui travaillent en France sont de nationalité étrangère, elles sont chinoises, nigérianes, roumaines…et l’immense majorité d’entre elles sont sous la coupe de réseaux criminels et mafieux.

Une cinquantaine de ces réseaux sont démantelés chaque année. Q ui sont les proxénètes d’aujourd’hui ? Quelles sont les nouvelles formes de proxénétisme, notamment avec la cyber prostitution ? Comment les policiers remontent ils ces filières, avec quels moyens et quelle efficacité ? Que risquent ces proxénètes qui gagnent tellement d’argent, et enfin, quelle est la meilleure façon de lutter contre?

Invités :

LorraineQuestiaux , avocate. Responsable de l’antenne parisienne de l’association Le mouvement du Nid ; en charge des affaires juridiques.Commandant Patrick Cotelle, adjoint au chef de l'OCRTEH (office central pour la répression de la traite des êtres humains).Guy Parent, ancien chef de la BRP, brigade de répression du proxénétisme (de 2004 à 2009).

Vos message dès 18h au 01 45 24 7000, sur le site de l'émission, sur la page facebook du Téléphone Sonne ou sur Twitter avec #Telsonne

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.