Revenir aux origines de notre humanité pour expliquer les mutations actuelles. C’est l’objet du travail et du dernier livre de Pascal Picq, paléoanthropologue, spécialiste du comportement des primates et de l’évolution humaine.

La paléoanthropologie ou l'étude de l'évolution humaine
La paléoanthropologie ou l'étude de l'évolution humaine © Getty / altmodern

Il y a à peine cinquante-mille ans, c’était trois espèces humaines qui cohabitaient sur la planète. D’entre elles, ce sont les Sapiens, venus d’Afrique, qui ont subsisté et dont nous descendons tous. 

Et c’est à cette (co)évolution que s’intéresse Pascal Picq - sujet central de toute sa carrière et de son dernier livre, Sapiens face à Sapiens. Paléoanthropologue, il a été chercheur à l’université de Duke, aux Etats-Unis, et au collège de France. 

Derrière son travail, il y a une volonté, certes, d’expliquer les commencements de l’humanité, les origines de notre espèce. Mais raconter les débuts de l’Homme, pour le chercheur, c’est aussi parler de qui nous sommes aujourd’hui, de nos modes de vie qui mutent, des innovations… et leurs conséquences.

C’est dire aussi comment nous évoluons encore, grâce à la formidable plasticité dont l’homo sapiens fait preuve. Aujourd’hui, c’est la révolution numérique qui bouleverse nos sociétés et aboutit à l’émergence d’un monde nouveau. Parfois politique, Pascal Picq en profite pour alerter sur certaines de nos évolutions : la tendance à la sédentarité, la surconsommation de viande transformée, les potentielles dérives de l’intelligence artificielle… 

Pourquoi toutes les certitudes sur les origines des premiers Hommes vacillent en ce moment ? 

"D'un point de vue scientifique nos modèles sont bien établis. Mais pas mal d'idées viennent les bousculer comme par exemple les nouvelles découvertes, comme celle l'an passé d'une nouvelle espèce sur l'île de Luzon. 

De plus d'autres disciplines nous apportent de nouvelles informations vertigineuses, notamment la paléogénétique. Par exemple, ce que nous sommes "Homo Sapiens" est le fruit de nos amours avec d'autres espèces." 

Comment expliquer que toute lignée confondue, les être humains ont pu inventer à la même époque, à différents endroits du globe, les mêmes outils ? 

"En réalité, les techniques (par exemple de taille de la pierre pour le Solutréen) présentent des similitudes entre les Etats-Unis et l'Europe. On a envisagé que les populations aient navigué par exemple (...)

Mais d'une façon générale, quand vous avez certaines contraintes techniques, vous trouvez des convergences ou parallélismes qui apportent des réponses homologues (et non pas analogues). Mais ces populations étaient indépendantes."

Notre espèce est-elle menacée ? 

"Non notre espèce se porte très bien. Mais la question est de savoir dans quel état notre espèce va arriver, avec quels effectifs, à l'horizon de 2050. Depuis 2007, nous sommes arrivés dans une nouvelle ère de l'Humanité pour trois raisons : 

- La majorité de la population est urbanisée

- L'arrivée du smartphone

- L'intelligence artificielle

Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de l'évolution avec de plus en plus de concentrations, de relations et de connectivité. Et dans cette nouvelle phase, la possibilité d'un agent pathogène peut faire son apparition. "

La suite est à écouter

ALLER PLUS LOIN

🎧 ÉCOUTER | Yves Coppens, paléontogue, invité de la Tête au Carré

🎧 ÉCOUTER | Les interactions sociales ont-elles contribué à façonner le visage de l'homme moderne ?

🎧 ÉCOUTER | Gènes fantômes : des traces mystérieuses présentes dans le génome humain

Les invités
  • Pascal PicqPaléoanthropologue, maître de conférences au Collège de France
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.