À six semaines du scrutin, les enjeux de la campagne - qui démarre officiellement le 2 mars - commencent à se préciser. Têtes d'affiches, couacs, candidatures fratricides... Ce soir, on passe tout cela en revue, et on se demande si la stratégie de la République en Marche pourrait réveiller le clivage droite - gauche...

Elections municipales 2020 : les enjeux du scrutin
Elections municipales 2020 : les enjeux du scrutin © Getty / imagestock

Ces derniers jours, la campagne en vue des élections municipales s'est mise en branle - et tant pis si, officiellement, elle ne devait démarrer que le 2 mars prochain. Avec elle, déjà un grand nombre de polémiques, de fiascos, de candidatures annoncées puis retirées... et d'incertitudes.

Les programmes sont dévoilés dans leurs grandes lignes, les candidatures se déclarent - y compris dans les rangs du gouvernement, où les guerres fratricides ont du être arbitrées par la tête de l'exécutif. 

Il y a eu Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne, respectivement tête de liste et candidat sur deux listes concurrentes, à Biarritz - tous deux se sont finalement désistés. Mais aussi Cédric Villani et Benjamin Griveaux, en concurrence pour la mairie de Paris - le premier, frondeur, a été radié des rangs de la majorité.

À Paris justement, à six semaines du scrutin, la course s'est accélérée, dominée par la thématique environnementale. 

Benjamin Griveaux a annoncé la semaine dernière son projet de délocaliser la Gare de l'Est au profit d'espaces verts... Mais le dernier sondage IFOP, datant du 26 janvier, donne une courte avance à la maire sortante et son programme « 100% Vélo ». Anne Hidalgo est en tête au premier tour, avec 23% des intentions de vote. 

Il y a aussi l'arbitrage rendu par le Conseil d'Etat sur la « circulaire Castaner », qui prévoyait un effacement des nuances de liste - et en filigrane, de l'étiquette politique - pour les communes de moins de 9000 habitants. Le gouvernement, tancé par le Conseil sur la légalité de ces dispositions, devra revoir le texte - un désaveu incontestable pour la majorité.

Autant de problématiques dans lesquelles s'empêtre le pouvoir. Avec la résurgence du vote écologiste, l'effondrement de la gauche socialiste et la crise qui traverse la majorité, on en vient à se demander si le traditionnel clivage bi-partisan entre la droite et la gauche pourrait renaître dans certains villes-clé...

Les arbitrages et candidatures dissidentes affaibliront-elles la majorité ? Qu'en est-il du clivage gauche/droite ? 

Y'aura-t-il une vague verte ? Quid des petites communes, alors que la circulaire Castaner ne s'appliquera pas ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter - 01 45 24 7000 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com

Les invités
  • Jérôme Jaffrédirecteur du Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique (CECOP)
  • Rémi LefebvreProfesseur de sciences politiques à l’université de Lille II
  • Laure BrettonCheffe du service politique du quotidien Libération
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.