Après des mois de débats et de controverses, l'extension de l'obligation vaccinale décidée par le gouvernement est entrée en vigueur le 1er janvier 2017

L'obligation vaccinale, remède contre la méfiance ?
L'obligation vaccinale, remède contre la méfiance ? © Getty

La mesure ne sera pas rétroactive, seuls les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 devront respecter le nouveau calendrier vaccinal. Seuls trois vaccins infantiles étaient jusqu'à présents obligatoires en France: contre la diphtérie (depuis 1938), le tétanos (depuis 1940), et la poliomyélite (depuis 1964). On parle ici du "DTP" qui fait l'objet de trois injections groupées avant l'âge de 18 mois. Huit autres étaient également recommandés : coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C.  Ce sont eux qui vont être rendus obligatoires en plus des trois autres, soit un total de onze.

La ministre de la Santé a indiqué qu'il "n'y aura pas de sanctions pénales ou d'amende pour les personnes qui ne seront pas vaccinées". "L'objectif de cette mesure n'est pas de sanctionner mais de rendre la confiance dans les vaccins, fait valoir le ministère. En revanche les onze vaccins obligatoires seront indispensables à l'enfant pour être admis en collectivité (crèche, école, séjour de vacances). 

Pourquoi avoir rendu ces vaccins obligatoires ? Comment vont réagir les parents concernés ? Comment est accueillie la mesure dans le monde médical et scientifique ? Quel coût cela va-t-il engendrer ? 

Pour poser vos questions ou témoigner, appelez-nous au 01 45 24 70 00.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.