Ostéopathie, phytothérapie, huiles essentielles, homéopathie... En mars dernier, 124 professionnels de la santé signaient une tribune contre les "médecines alternatives".

La faculté de médecine de Lille a suspend son diplôme d’homéopathie
La faculté de médecine de Lille a suspend son diplôme d’homéopathie © AFP / Philippe HUGUEN

Il est des débats qui ne se dépassionnent jamais, et qui déclenchent les mêmes foudres à chaque fois qu'ils resurgissent. 

Et ils resurgissent toujours. 

Il est des débats où l'on ne parvient jamais à apaiser, faute de les réconcilier ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Un euro dans la machine et hop c'est reparti. L'Euro dans la machine ce weekend, c'est la faculté de Lille qui décide de ne plus enseigner l'homéopathie. 

Énième épisode depuis une tribune de médecins dans le Figaro sur laquelle, ici même au Téléphone sonne, nous nous sommes cassés les dents l'an dernier. 

Alors la question du jour, c'est pas tant, pour ou contre l'homéopathie, parce qu'on en sortira jamais. L'idée c'est plutôt que vous veniez nous raconter pourquoi vous préférez avoir recours à l' homéopathie, mais aussi, à toutes sortes de médecines alternatives. Est-ce qu'il y a un problème avec la médecine traditionnelle ? Est-ce qu'il y a un problème dès lors que l'on soigne les tracas du quotidien ? On ne parle pas de cancers ou d'ulcères ou qu'on ne cherche pas à vous enlever l’appendicite par les plantes.   

Mais pourquoi une médecine plus douce, alternative, parallèle - le terme sera le vôtre - a un succès certain et croissant ? 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.