Selon un sondage réalisé pour le Sidaction, 20% des jeunes interrogés n’ont pas reçu d’enseignement spécifique sur le VIH au collège ou au lycée. La moitié des 15-17 ans déclarent ne pas avoir utilisé de préservatif car ils n’en avaient pas à disposition.

La vingt cinquième édition du Sidaction démarre ce vendredi
La vingt cinquième édition du Sidaction démarre ce vendredi © AFP / FRANCOIS GUILLOT

Nous sommes, moi qui vous parle et beaucoup d'autres. Tous ceux qui ont plus de 40 ans. De la génération SIDA. Notre sexualité , nous l'avons découverte, au fond au pire moment. Dans ces années ou l'on avait compris que le SIDA n'épargnait personne. Et que s'en protéger était une question de vie ou de mort. On a appris. On a eu peur. En lisant Hervé Guibert  et Cyrille Collard. Aujourd’hui, la lutte contre le SIDA est au milieu du Gué. C'est ce que disent les associations. La banalisation guette. Et banalisation, ça veut dire qu'un jeune sur deux avant 17 ans, n'utilise pas de préservatif puisqu'il n'en a pas sous la main. Ça veut dire 22 % des jeunes qui ne se sentent pas informés et en effet. certains croient encore que la pilule du lendemain, évite le SIDA.  Il sont encre 21% à penser qu'on peut attraper le SIDA avec un baiser. 25 ans après Clémentine Célarié. Résultat le SIDA touche 6400 personnes par an. Ce chiffre ne bouge plus. Ça veut dire qu'il ne baisse pas. Et c'est dire, donc, combien l’information reste importante. C'est dire, combien, il faut répéter les choses, expliquer. Comment se protéger? Où en est la maladie? Qu'est ce qui est dangereux? C'est dire comme, laisser tout ce poids  PREVENTION / ACTION / INFORMATION aux seules associations, c'est lourd parfois.  Demain, commence le SIDACTION. 25 ans de Sidaction. L'occasion de poser sur la table les questions, même les plus anodines, celles que vous craignez naïves, celles que vous ne posez pas chez vous. Essayons de les mettre sur la table ce soir.

Les invités
  • Sandrine Fournier
  • Aline PeltierChargée de projet à l’association AREMEDIA qui organise de la prévention dans les écoles et les lycées
  • Vincent JeantilsMédecin des hôpitaux, cofondateur de l’association ADOVIH qui prend en charge des adolescents séropositifs
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.