Le gouvernement "suspend pour six mois" la hausse de la fiscalité sur le carburant et les tarifs du gaz et de l'électricité "n'augmenteront pas pendant l'hiver", a annoncé mardi le Premier ministre Édouard Philippe pour tenter de sortir de la crise des "gilets jaunes"

Edouard Philippe a annoncé ce mardi la suspension des taxes pendant six mois sur les carburants et les tarifs du gaz et de l'électricité
Edouard Philippe a annoncé ce mardi la suspension des taxes pendant six mois sur les carburants et les tarifs du gaz et de l'électricité © AFP / Ludovic MARIN

On se souviendra du 4 décembre comme la date à laquelle Emmanuel Macron a fait sa première marche arrière en conduite d'urgence. Peut-être même qu'avec le recul, on dira plus tard que ce fut le tournant du quinquennat. Et ce qu'on ignore au moment où on se parle, c'est si nous sommes devant la première reculade mais pas la dernière puisque l'avenir du mouvement des gilets jaunes reste aussi incertain qu'hier

Si l'on en croit les réactions à chaud, les mesures annoncées ne sont pas suffisantes. Ce qui ne préjuge en rien de ce qui se passera samedi dans les rues de Paris ou des villes de régions. Ni ne nous dit encore en quoi ce mouvement peut se transformer dans les jours et mois à venir, s'il perdure.

Les autres questions qui se posent aujourd'hui elles touchent à l'avenir des réformes à grande vitesse d'Emmanuel Macron. Une suspension, tient justement, ou une suppression ? Est-ce que c'est fini, rendu impossible d'ici à la fin du quinquennat ? Est-ce qu'il faut tout revoir: la méthode; La pédagogie; la com'? Est-ce qu'il faut parler. Pour redevenir audible auprès de tout ceux qui protestent en jaune ou pas d'ailleurs.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.