La pratique du sport amateur se déconfine peu à peu, mais les règles sanitaires entravent la reprise des sports collectifs et des sports de combat. Le football et le rugby professionnel ont commencé à modifier leurs règles, le covid va-t-il changer notre façon de faire du sport ?

Certains habitués ont enfin pu retourner dans leur salle de sport préférée, nager un kilomètre où même disputer un match de tennis avec un ami. En zone verte, une partie des complexes sportifs sont d'ores et déjà accessibles. 

Les contraintes sanitaires lourdes qui encadrent cette nouvelle étape du déconfinement impose une certaine logistique qui retarde parfois les réouvertures. Dans les piscines par exemple, du gel hydroalcoolique doit être accessible, il est souvent obligatoire de réserver son créneau pour contrôler l'affluence, porter un masque dans les vestiaires est impéraitf et il est interdit de poser ses affaires sur le bord du bassin.

Pour les sports dits de contact, comme les arts martiaux, mais aussi le rugby, le football, le handball ou le basket, et tous les autres sports collectifs, aucune date de reprise n'a été annoncée. Le ministère des sports a mis à disposition des guides spécialisés pour encadrer la pratique sportive, parfois selon des modalités alternatives, quand les gestes barrières ne peuvent pas être respectés. 

Avec nos invités, Bernard Laporte, président de la fédération française de rugby, Virgile Caillet délégué général de l'Union sport et Cycle et Jérôme Cadet, rédacteur en chef à France Inter, on fait le point sur la reprise de l'activité sportive amateur.

Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.