Le gouvernement a dévoilé, jeudi, son projet de réforme de la fonction publique. En plus du non-remplacement de 120 000 départs en retraite déjà annoncé, il envisage une révision du statut des fonctionnaires ; la hausse du nombre de contractuels ; un plan de départs volontaires et une rémunération au mérite.

En d'autres temps, et en parlant, vous vous en souvenez, de l'éducation nationale, un ministre avait parlé de "dégraisser le mammouth". On a réentendu cette phrase ce week-end, après les annonces du gouvernement sur les grandes lignes de la réforme de la fonction publique.

Le gouvernement, lui, préfère dire qu'il faut réfléchir sans totems ni tabous à la transformation de l'action publique.

Est-ce que c'est ce qu'on est en train de faire ? Quand on parle de "plan de départ volontaire" ; de "recours accru aux contractuels" ; de "rémunération au mérite" et d'une "meilleure évaluation".

Est-ce qu'on avance en terrain miné, voire mouvant, dès que l'on veut rénover des statuts ? 

Les consultations commencent à peine et les grincements de dent aussi.

Alors à vous de nous dire ce que vous en pensez. Faut-il mettre un coup de pied dans la fourmilière ? Faut-il craindre ce chiffre de 120 000 suppressions de poste à la fin qui quinquennat ?

Vos appels font l'émission. A vous de jouer ! 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.