La CGT, avec les syndicats FO et Solidaires, est à l'initiative d'une première grande journée de grève générale de 24 heures. Le syndicat propose de recommencer cette grève chaque semaine. Cette première grève syndicale depuis le début de la crise des gilets jaunes va-t-elle mobiliser ?

14 000 personnes ont manifesté ce mardi après-midi à Paris à l'appel des syndicats, principalement la CGT (Source Occurence)
14 000 personnes ont manifesté ce mardi après-midi à Paris à l'appel des syndicats, principalement la CGT (Source Occurence) © AFP / JEAN-PIERRE CLATOT

On nous annonçait une grande mobilisation pour aujourd'hui. Grosse mobilisation de la CGT, à l'initiative de la CGT. C'était la première depuis le début de la crise des gilets jaunes, qui a un un peu laissé les syndicats sur le carreau. La défiance, vis à vis des institutions, elle touche aussi les syndicats, tout comme les partis. 

Cette fois, les gilets jaunes, et notamment Eric Drouet, avaient appelé dans le même temps à une grève générale. Au final, il y a eu du jaune, dans les rassemblements sous les drapeaux rouges de la CGT. Mais peu de grévistes en réalité, 5 % dans l'éducation nationale, pas de problèmes majeurs de trains de métros ou de bus. Qu'est-ce que tout cela nous dit alors ? À quoi aura servi cette journée ? La CGT veut faire des "mardi de l'urgence sociale", tous les mardi, est-ce ça veut dire quelque chose ? Derrière il y a amplifier la crise ou en sortir ? Pas sûr qu'on y voit bien plus clair ? Mais ça n'empêche pas de poser la question.

Posez vos questions ce soir à nos invités : 

Fabrice Angéi, secrétaire confédéral de la CGT

Roland Cayrol, politologue, directeur de recherche associé au CEVIPOF. Auteur de Le président sur la corde raide (Calmann Levy, 30 janvier)

Yaël Goosz, chef du service politique à France Inter

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.