Un projet de réforme institutionnelle doit être présenté fin avril. La réduction du nombre de parlementaires, l'introduction d'une dose de proportionnelle aux élections législatives et la limitation à trois mandats consécutifs suscitent des réticences au Sénat. Le recours au référendum n'a pas été écarté par l'Elysée.

Faut-il réduire le nombre de parlementaires ?
Faut-il réduire le nombre de parlementaires ? © AFP / YANN KORBI / CrowdSpark

L'introduction d'une dose de proportionnelle à l'Assemblée, on en parle depuis au moins trois mandatures. Mais au fond, comment ça marche ? Ou comment cela marcherait-il ? 

Est-ce qu'il y aurait alors deux députés par circonscriptions ? Et redécoupées comment ? Le travail parlementaire serait-il mieux fait ?

La réduction du nombre de parlementaires fait bondir dans les deux assemblées. Cela éloigne des gens et aussi du terrain, c'est ce qu'on entend le plus souvent.

La limitation à trois mandats successifs, c'est plutôt du côté des sénateurs que cela ne passe pas.

Ce sont les trois points principaux que l'on commence à discuter dans le cadre de la réforme des institutions.
On parle aussi de supprimer la cour de justice de la République. On évoque l'idée de procédures parlementaires plus simples donc plus rapides. Et une refonte de l'article 34 de la Constitution, consacré au champ d'action du législateur qui inclurait les principes fondamentaux de la préservation de l'environnement.

Les points essentiels rendent certains de nos parlementaires dubitatifs. Et certains constitutionnalistes aussi.

Faut-il toucher à notre système ? 

Et pour qu'il soit modifié, faut-il demander aux citoyens de décider par référendum ? C'est la menace qui plane aujourd'hui.

Tout est donc sur la table. Et puisque vous votez, vous avez sans doute un avis vous aussi, voire des idées plus radicales qui ont été déjà lancées ici ou là : Et si on supprimait le Sénat ? Et si on revenait au septennat ? Et si on abolissait le 49.3 ? Avant d'en arriver là, la réforme des institutions est en route. 

A vous de nous dire ce que vous en pensez. Soyez les bienvenus. 

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.