À l'occasion de la journée nationale des aidants, nous revenons sur l'indemnisation qui pourra être demandée par celles et ceux qui suspendent leur activité pour s'occuper d'un proche en perte d'autonomie. Une aide salutaire pour "aider les aidants", mais est-elle vraiment suffisante ?

Indemnisation du congé de proche aidant : est-ce suffisant pour prendre un peu de répit ?
Indemnisation du congé de proche aidant : est-ce suffisant pour prendre un peu de répit ? © Getty / RUNSTUDIO

Il est estimé qu'environ un français sur cinq est aidant. Depuis 2015, le statut de "proche aidant" est reconnu et accorde des droits à ces millions de personnes qui, en première ligne, participent à l'accompagnement au quotidien des personnes âgées, des personnes en situation de handicap ou en perte d'autonomie. Une très grande partie des aidants est pourtant salariée, et l'assistance qu'ils portent à leur proche se fait au détriment de leurs revenus. Avec l'épidémie et le confinement, le quotidien des aidants est devenu encore plus difficile que d'habitude, rendant indispensable l'attribution d'une aide économique à ces aidants, passant par une indemnisation des congés pris pour porter assistance à un proche. 

D'un montant de 52,08€ si l'aidant est une personne isolée ou de 43,83€ s'il est en couple, limitée à 22 jours par mois et 66 jours dans l'ensemble de la carrière, elle s'adresse à tout « salarié, fonctionnaire, travailleur indépendant réduisant ou interrompant son activité, chômeur indemnisé suspendant sa recherche d’emploi pour accompagner un proche ». Même si ces mesures sont bienvenues et vont dans le bon sens, elles semblent ne pas être suffisantes pour alléger durablement le quotidien des aidants. En parallèle, les conditions d'accès à cette indemnisation semblent également limiter leur efficacité : elle n'est ouverte qu'aux aidant s'occupant d'une personne avec un handicap lourd ou une perte d'autonomie majeure (80% de perte d'incapacité ou GIR 1 à 3 sur la grille Aggir). Cette indemnisation est-elle suffisante en l'état ?

Quelles autres solutions existent pour assister le travail des aidants ? Que peut-on envisager pour alléger leur quotidien ? 

Avec nous pour en parler et pour répondre à vos questions, Gwenaëlle Thual, présidente de l’association française des aidants et Henri Rohan Chabot, délégué général de la Fondation France Répit.

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.