Il est urgent d’adopter, à l’échelle mondiale, une gestion des terres plus durable. Voilà la mise en garde du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dans un rapport spécial tout juste publié, et sur lequel se penche Le Téléphone sonne.

Comment réconcilier agriculture et climat ?
Comment réconcilier agriculture et climat ? © Getty / picture alliance / Contributeur

Avec ses 1 200 pages, issu de la réflexion d’une centaine de chercheurs de 52 pays différents, le rapport scientifique du GIEC tire la sonnette d’alarme sur notre surexploitation des ressources: entre les changements climatiques, la désertification, la dégradation et la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire ou encore les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres, le sommaire ne rassure guère.

Et alors que depuis le 29 juillet, d’après les calculs de l’ ONG Global Footprint Network, l’humanité vit à crédit en ayant déjà épuisé toutes les ressources renouvelables de la terre pour l’année 2019, ce rapport vient à son tour souligner à quel point nous mettons en danger nos écosystèmes. 

Mais il montre aussi que dans notre gestion des terres, au cœur de la problématique, se trouve des solutions… limitées. Le GIEC l’affirme : rien ne pourra remplacer « une action rapide et ambitieuse pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans tous les autres secteurs »

Que retenir des avertissements du GIEC sur la préservation de nos ressources planétaires ?

Quelles solutions pour arrêter cette course à l’épuisement ?

Quelles mesures doivent être adoptées pour une gestion véritablement durable des terres ?

Quel rôle les citoyens peuvent-ils jouer ? Et notamment les professionnels du monde agricole ? Dans quelle mesure l’agriculture peut-elle contribuer à inverser la tendance ?

Comment rétablir l’équilibre entre les besoins de presque huit milliards de personnes et les ressources terrestres disponibles ? Sachant que la planète devra nourrir 9.8 milliard d’habitants d’ici 2050 selon l’ONU.

Comment changer nos manières de consommer pour ne plus dépecer notre planète ? 

Nos invités 

Jean-François Soussana, directeur de recherche et vice-président de l'INRA  en charge de la politique internationale.

Olivier Dauger, agriculteur et administrateur de la FNSEA en charge des questions climatiques et énergétiques.

Les invités
  • Jean-François SoussanaDocteur en physiologie végétale, directeur scientifique Environnement à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), expert du GIEC
  • Olivier DaugerAgriculteur et administrateur de la FNSEA en charge des questions climatiques et énergétiques
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.