Ils sont dix pour l’instant en France : les territoires zéro chômeur de longue durée. Mis en place en 2016, ils ont jusqu’ici permis à des centaines de personnes privées d’emploi depuis longtemps de retrouver du travail. Un rêve jugé inaccessible pour la plupart des personnes concernées au départ…

L'ANPE, l'agence national pour l'emploi
L'ANPE, l'agence national pour l'emploi © AFP / Riccardo Milani / Hans Lucas

Et si on n’avait pas tout essayé contre le chômage de longue durée ? Le projet territoire zéro chômeur de longue durée, ou TZCLD, c’est d’abord une loi promulguée il y a trois ans. L’idée : une expérimentation territoriale d’abord cantonnée à dix territoires métropolitains pour préparer un nouveau mode de financement de l’emploi.

L’objectif est clair : que tout chômeur de longue durée puisse de nouveau trouver un travail. A l’heure où plusieurs millions de personnes sont privées d’emploi ou pressés vers les jobs les plus précaires, le projet ne demande qu’à s’étendre. 

Et pas qu’un peu, car aujourd’hui ce sont 200 territoires désireux de relever le défi et prêts à se lancer dans l’aventure.

Alors comment cela est-il possible ? Comment le projet est-il financé ? Quels sont les territoires concernés ? Et de quel type d’emplois parle-t-on ?

Nos invités 

Agnès Thouvenot, conseillère municipale à Villeurbanne, en charge de l’économie solidaire, emplois et insertion.

Laurent Grandguillaume, ancien député du Parti Socialiste, président de l'association « Territoires Zéro Chômeur Longue Durée ».

Patrick Valentin, Vice-président fondateur de l'association « Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée ».

Extraits de l'émission

Laurent Grandguillaume : 

Personne n'est inemployable. C'est à l'entreprise aussi de s'adapter aux personnes

Patrick Valentin : "Nous avons découvert que nous étions en train, dans notre société, de nous faire du mal sans le vouloir, bêtement. On avait des gens qui ne demandaient qu'à travailler, des gens capables de faire beaucoup de choses, du travail mais bien plus qu'il n'y avait de temps pour le faire, et de l'argent - nous ne sommes pas vraiment pauvres dans ce pays.

Dans cette première partie d'expérimentation, nous avons pu montrer que ces trois points étaient véritablement des réalités :

  • les gens sont capables de travailler si on adapte l'emploi pour les personnes
  • le travail est utile (et très utile !). Il y avait des sceptiques :"est-ce qu'ils ne vont pas faire du travail pour travailler ?" Non ! On s'aperçoit que le travail est extrêmement utile, ne serait-ce que l’amélioration des conditions de vie 
  • l’argent : c'est notre challenge pour demain. Il faut que ce soit une activation de dépense passive, un transfert budgétaire. Il ne faut pas que cela coûte. Il faut que les gens voient : ça ne coûte pas plus cher, ça rapporte davantage"

Exemples d'activités développées à Villeurbanne (exemples donnés par Agnès Thouvenot) :

  • travaux pour la transition écologique : collecte les biodéchets dans les restaurants scolaires pour faire des plateformes de compostage en proximité
  • développement d'une exploitation agricole modeste
  • développement de services aux PME et TPE du quartier ainsi qu'aux habitants qui ont des revenus très modestes et qui ne peuvent pas faire appel à des services aux particuliers ou des aides à la personne.
Les invités
  • Agnès ThouvenotMaire-adjointe de Villeurbanne, présidente du comité local de Villeurbanne de l’expérimentation « Territoires zéro chômage de longue durée »
  • Laurent GrandguillaumeAncien député PS de la Côte-d'Or, président de l'association « Territoires Zéro Chômeur Longue Durée »
  • Patrick ValentinVice-président fondateur de l'association « Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée » (TZCLD)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.