A l’occasion du salon Made in France, qui se tient jusque lundi soir à Paris, le « Téléphone Sonne » se penche sur les façons de concilier budget et consommation de produits fabriqués dans l’Hexagone.

Peut-on consommer français sans se ruiner ?
Peut-on consommer français sans se ruiner ? © Getty / mf-guddyx

Le Made in France a bonne presse, mais il n’a pas encore vraiment remplacé les produits importés de Chine, du Royaume-Uni ou d’Italie. Dans la consommation annuelle des ménages, l’INSEE rapporte que les produits français ne représentent que 36% des biens manufacturés. C’est particulièrement le textile qui est importé. Cela s’explique notamment par des prix bien moins élevés pour ces vêtements conçus à l’autre bout du monde.

Pourtant, le Made in France exerce un attrait sur les consommateurs. Une enquête IFOP de 2018 indique que plus de la moitié des Français regardent le pays de fabrication d’un produit avant de l’acheter. D’autres études montrent que les trois-quarts d’entre nous seraient prêts à payer plus cher un produit s’il est fabriqué dans l’Hexagone. Cela prouve bien que la question de la fabrication de ce que l’on porte, de ce que l’on mange, est présente dans les esprits…

Mais les parcours à succès de diverses entreprises qui ont décidé de produire en France n’empêchent pas d’autres industriels de continuer à délocaliser - notamment dans l’automobile, ou plus récemment l’entreprise Michelin de la Roche-sur-Yon. Les pouvoirs publics comptent se saisir de la question en incitant les entreprises françaises à moderniser leur appareil de production, pour être plus compétitives.
 

Que signifie exactement le label Made in France ? Quelle est la différence avec le label « Origine France garantie » 

Dans quel domaine est-il développé ? Est-il en lien avec des démarches écologiques ?

Faut-il relocaliser les entreprises françaises ? Est-ce vraiment possible ? 

Jusqu’à combien les consommateurs sont-ils prêts à payer pour un produit français ? Le Made in France est-il accessible à toutes les bourses ? 

Avec nous pour en parler 

Arnaud Montebourg, ancien ministre de l’économie et du redressement productif, fondateur du label « Bleu Blanc Ruche » qui produit un miel 100% français

Guillaume Gibault, à la tête de l’entreprise Le Slip Français

Alain Bazot, président de l’UFC- Que choisir

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter – 01 45 24 70 00 – et par mail à l’adresse telsonne@radiofrance.com

Les invités
  • Arnaud MontebourgAncien Ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, fondateur de « Bleu Blanc ruche »
  • Guillaume GibaultFondateur de la marque « Le Slip français »
  • Alain BazotPrésident de l'UFC Que Choisir
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.