Alors que les débats sur l'insécurité et la délinquance sont au cœur des préoccupations politiques, Gérald Darmanin a déclaré faire de sa lutte contre les trafics de stupéfiants "l'alpha et l'omega" des questions de sécurité et de justice. Que peut-on faire contre les trafics de stupéfiants ?

Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur, a déclaré que la lutte contre le trafic de stupéfiants serait la première priorité, l'alpha et l’oméga de la criminalité. Responsable selon lui de la formation de bandes organisés, des financements de terrorisme, de la petite délinquance en plus d'avoir des liens évidents avec la santé publique et l'insécurité quotidienne, le gouvernement compte redoubler d'efforts dans sa lutte contre le trafic de stupéfiants. Depuis quelques jours déjà, la consommation de cannabis est sanctionnée d'une amende forfaitaire de 200€, dans une optique de dissuasion du consommateur.

Pourquoi a-t-on échoué jusque-là ? Quelles seraient les mesures adaptées ? Par quel bout faut-il prendre le trafic de stupéfiants pour en voir le bout ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse _telsonne@radiofrance.com_.

Avec nous pour en parler

  • Samuel Vuleta-Simon, Contrôle général, chef adjoint de l'Office Anti-Stupéfiants (OFAST)
  • Sabrina Rigollé, Capitaine de Police et Secrétaire Générale Adjoint du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure (SCSI)
  • Emmanuel Leclère, du service Enquête Justice de France Inter
Les invités
  • Samuel Vuelta-SimonContrôle général, Chef adjoint de l'Office Anti-Stupéfiants (OFAST)
  • Sabrina RigolléCapitaine de Police et Secrétaire Générale Adjoint du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure (SCSI)
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.