Depuis le 14 mars, toutes les salles de cinéma françaises sont fermées. L'industrie est à l'arrêt. Les tournages en cours ont été annulés, les sorties de films reportées, et les festivals cherchent des issues.

Cette crise touche le cinéma mondial. D'Hollywood à Bollywood, c'est toute la chaîne de production qui est à l'arrêt. Les pertes de l'industrie prévoient d'être colossales. Les employés précaires sont les principaux touchés.

Mais les initiatives pour s’adapter se multiplient. Netflix débloque des fonds, les festivals se reconfigurent pour certains en format exclusivement numérique, des films sont proposés en VOD avant leur sortie en salle.

Comment l'industrie du cinéma s'adapte-t-elle ? Quelles sont les risques ? Cette crise constitue-t-elle pour le cinéma une occasion de se repenser ? Comment les films sont-ils reprogrammés ?

MAIS AUSSI :

Le virus sur la carte, par Mathieu de Taillac, ce soir en Espagne, pays très touché par la pandémie qui entame une campagne de test et de traçage numérique.

Foule continentale, par Caroline Gillet, le journal intime des confinés du monde entier, à retrouver en intégralité ici. Ce soir on retrouve la jeune Libanaise Nada pour un second épisode. Elle évoque la révolution qui touche le pays depuis le 17 octobre, mise en pause par la crise.

Un livre dans le monde, ce soir François Busnel nous parle du grand retour, malheureux, d'un classique de la littérature française écrit par Albert Camus en 1947 : "La Peste".

Les invités
  • Serge ToubianaPrésident d'UniFrance, ancien directeur général de la Cinémathèque française
  • Capucine CousinJournaliste économique, auteure de « Netflix et Cie, les coulisses d’une révolution »
  • Loïc PialatJournaliste, correspondant à Los Angeles
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.