Le phénomène des punaises de lit prend de l'ampleur en France. Il a pour conséquence des problèmes de santé et des troubles psychologiques sur les personnes qui y sont confrontées. Alors, quels procédés utiliser pour s'en débarrasser ?

Le fléau des punaises de lit : comment s'en débarrasser ?
Le fléau des punaises de lit : comment s'en débarrasser ? © Getty / Andrew Francis Wallace

Les sites infestés par les punaises de lit se comptent par centaines de milliers. 180 000 ont été traités en 2016, contre 500 000 en 2019. Ces parasites avaient pourtant disparu dans les années 1950, mais ils font leur grand retour en France.

Le phénomène n'est pas sans conséquences : les punaises de lit ont conduit plus de 70 000 personnes chez le médecin l’an dernier, d’après une étude de l’INSERM. Les répercussions psychologiques provoquées par leur présence sont également importantes. 

Pourquoi les punaises de lit sont-elles de retour

Comment s'en débarrasser ? Comment les éviter

Certains lieux sont-ils davantage confrontés que d'autres à ces parasites ?

Quels troubles provoquent les punaises de lit chez les personnes qui y sont confrontées ?

Avec nous pour en parler :

  • Pascal Delaunay est parasitologue et entomologiste médical au CHU de Nice, et membre fondateur de l’INELP (Institut national d’études et de lutte contre les punaises de lit).
  • Stéphane Bras est porte parole des professionnels de la gestion du risque nuisibles. Porte parole de la CS 3D. 
  • Cathy Racon-Bouzon est députée LREM des Bouches du Rhône et auteure d’un rapport sur la lutte contre les punaises de lit.

A noter, le livre : "Punaises, guide de survie pour faire face à une invasion de punaises de lit" de Mathilde Fochesato, Elen Provost (Eyrolles)

Retrouvez ci-dessous des extraits de l'émission 

L'enfer des punaises de lit

Pascal Delaunay : "Il y a toujours une méconnaissance au départ, qui fait que la [multiplication des] punaises de lit a tendance à s'amplifier. Elle peut atteindre des lieux contaminés de plus en plus importants : au début, c'est la chambre, après c'est tous les lieux de couchage d'un logement, puis tout le logement. Et puis après : les autres logements d'un immeuble, tout le bâtiment. Tous ces gradients de de taux d'infestation sont très durs à gérer pour les syndics, les municipalités ou les désinsectiseurs. 

Comme la punaise de lit ne transmet aucune maladie, elle a été beaucoup négligée par les pouvoirs publics (qui maintenant s'en occupent). 

Mais en fait, elle transmet énormément de troubles psychologiques, psychiatriques. Elle casse le sommeil, met en hyper vigilance : on se met en stratégie de survie, de lutte. Et il n'y a aucun mode d'emploi de "comment arrêter cette lutte", donc les gens sont en lutte permanente".

Comment savoir si on a des punaises de lit chez soi ?

Pascal Delaunay : "Elles ne sautent pas, ne volent pas. C'est un insecte extrêmement plat, de 1mm quand il sort de l'oeuf et de 5 à 6 mm  quand il est adulte. 

Il y a cinq stades de larves. Donc avant d'être un adulte, elle passe par 5 repas pour à chaque fois grandir (parce que les insectes grandissent par stades), et le souci, c'est que quelque soit l'étape, elles piquent. elles prennent du sang.  

Les punaises de lit, ça se voit toujours. On met parfois 3 à 10 jours pour les voir, mais les punaises de lit qui se voient pas pendant un mois ou deux mois, ça n'existe pas. 

Il y a des gens qui ne sont, heureusement ou malheureusement, pas allergiques. Donc, le signalement par la piqûre n'est pas le seul signalement possible, tout comme la piqûre n'est pas obligatoirement un diagnostic de punaises de lit. La lutte est extrêmement dure, compliquée, anxiogène et longue : il faut ce diagnostic de certitude, être sûr, quand il y a des insectes, que ce sont bien des punaises de lit." 

Alors, comment être sûr ? On peut se faire une idée en cherchant sur internet, mais ça n'est pas suffisant. Stéphane Bras précise le préalable à toute action : 

  • soit l'œil d'un expert, qui est très aiguisé. 
  • soit l'emploi de détection canine, avec des chiens spécialement formés

Que valent les détecteurs à phéromones vendus dans les grandes surfaces contre les punaises de lit ? "c'est une phéromones qui va attirer éventuellement la punaise de lit - mais j'ai bien dit éventuellement" estime Stéphane Bras, mais "il faut une inspection minutieuse et détaillée pour aller à la recherche de traces". (d'autres témoignages dans l'émission le confirment : ces produits ne servent à rien)

Quelles sont les régions les plus touchées ?

Pascal Delaunay : "Il y a des punaises de lit dans tous les départements. Les "gros lots" du taux d'infestation, c'est l'Ile-de-France et les régions lyonnaise, marseillaise et niçoise. Mais comme toute la France est un pays extrêmement touristique, tous les départements ont droit à leurs punaises de lit". 

Où les trouvent-on, dans les logements ?

Stéphane Bras : "Elles vivent autour du dormeur ou de la personne en repos. En clair : le lit, mais ça peut être aussi les canapés, les fauteuils, là où on a l'habitude de faire une sieste… Elles vont chercher à se mettre autour de la personne qu'elles vont piquer et par conséquent, occuper tous les lieux possibles et imaginables autour : un chevet, un tableau, un luminaire, des jouets, des livres... La liste est extrêmement longue des endroits où on les retrouve." 

Combien de temps est nécessaire pour s'en débarrasser ? Et à quel coût ?

Le magazine Que Choisir a lancé une consultation auprès de ses lecteurs. Sur les 700 témoignages reçus, il ressort que : "La lutte peut durer très longtemps. Parmi les témoignages reçus, 75% avaient réussi à vaincre cette infestation mais pour 12%, c'était encore en cours depuis plus de trois mois. C'est vraiment quelque chose qui dure très longtemps et qui, par conséquent, peut entraîner des frais très importants. La moyenne chez les personnes qui nous ont répondu, c'est 1200 euros de frais pour traiter cette infestation. Il y a l'appel aux sociétés spécialisées, qui peut coûter plusieurs centaines d'euros, mais aussi le rachat de meubles…"

Pourquoi la punaise de lit avait-elle disparu… et pourquoi revient-elle aujourd'hui ?

Pascal Delaunay : "Le transport international est une énorme cause de de répartitions de maladies - le transport transporte tout, et il transporte bien sûr n'importe quel insecte. 

La punaise de lit a disparu dans les années 1940 / 1950, parce qu'on a complètement restauré nos logements. On a mis de l'insecticide absolument partout, une lutte anti cafards avec du DDT qui était extrêmement rémanent, donc ça marchait très bien. Mais la punaise de lit restait dans les pays en développement

Et puis, des années 1970 à 2000, on a oublié. Et à partir du moment où on oublie quelque chose, on n'est pas capable de le voir réapparaître. 

Et puis, le transport international a littéralement explosé dans les années 1990 / 2000, à ce moment-là, on a été les rechercher dans les pays en développement. Et elles resteront chez nous tant qu'on ne mènera pas une lutte cohérente entre les ministres. Sa problématique est extrêmement transversale. La problématique des punaises de lits impose un chef d'orchestre, une réponse globale". 

Le reste à écouter

Les invités
  • Pascal DelaunayEntomologiste médical et Parasitologue au CHU de Nice
  • Stéphane BrasPorte parole des professionnels de la gestion du risque nuisibles
  • Cathy Racon-BouzonDéputée LREM des Bouches du Rhône et auteure d’un rapport sur la lutte contre les punaises de lit
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.