Le pervers narcissique est sympathique, charmeur, mais peut aussi vous détruire. C'est ce qu'à vécu la championne de tennis Marion Bartoli, dont l'ex-conjoint l'a menée jusqu'à l'anorexie. Comment détecter un pervers narcissique ? Est-ce qu'ils peuvent changer ?

Pourquoi est-il si difficile d'échapper à un pervers narcissique ? Comment fonctionnent-ils ?
Pourquoi est-il si difficile d'échapper à un pervers narcissique ? Comment fonctionnent-ils ? © Getty / Francesco Carta fotografo

Il n'y a pas de coups, et pas forcément de cris. La violence est terrible, mais elle est avant tout psychologique. Quand on entend des histoires comme ça, comme celles qu'on entendra probablement ce soir, on se dit que c'est pas possible de se laisser traiter de cette manière, de se laisser humilier, de se laisser blesser, de se laisser dire : t'es nul, t'es moche, tu sers à rien...  

Quand on entend ces récits, on se dit : mais pourquoi elle est pas partie ? Ou pourquoi il n'est pas parti ? Comment il ou elle a pu accepter de se laisser humilier si longtemps ?

Vous avez peut-être vu, tout récemment, cette vidéo de Marion Bartoli sur BRUT. C'est ce qui nous a fait réagir au "Téléphone sonne". Elle raconte, maintenant qu'elle s'est détachée, combien elle s'est laissé plonger dans des abîmes d'anorexie, parce que son compagnon lui disait tout le temps, "t'es grosse". 

Les pervers narcissiques, on sait aujourd’hui qui ils sont, et quels sont leurs mécanismes. On le sait sans le savoir, parce qu'en traînant dans les couloirs d'Inter et en testant la pertinence de ce sujet sur mes collègues, j'ai entendu vingt fois : "oh, mais moi j'en connais un !"

Ce qui n'est sans doute pas toujours vrai, ça mérite donc une vraie définition, une vraie explication, et des clefs aussi. Qui sont ces hommes ou ces femmes qui ont l'amour ou la relation humiliante, blessante ? 

Que protègent-ils en eux qui s'exprime en étant psychologiquement violent avec l'autre ? 

Qui sont ces gens qui ne connaissent pas la culpabilité ?

Pour en parler, Fabienne Sintes reçoit Jean-Charles Bouchoux, auteur de Les pervers narcissiques  (Eyrolles)

Extraits de l'émission avec Jean-Charles Bouchoux

"Un mot peut faire tout aussi mal qu'un coup."

"C'est toujours le même schéma : quelqu'un qui est, en société, particulièrement avenant, les gens disent « ton mec est formidable », « ta femme est super »… et à la maison quelqu'un de différent"

"Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les victimes sont admirées par le pervers qui ne le leur dira jamais, et qui va même leur dire le contraire. "J'ai besoin de briller de la présence de l'autre parce qu'il est beau/belle, a un bon statut... mais dans l'intimité je vais le dévaloriser".

"Les enfants peuvent être victimes aussi de pervers narcissiques, "voir même, et c'est catastrophique, un enfant et pas les autres. Il y a l'enfant symptôme, celui sur lequel on va taper, dont on va se moquer, qu'on va rabaisser, et les autres au contraire peuvent même être survalorisés. « Vous, vous êtes bien mes enfants. Et toi tu ressembles à ton père / à ta mère »".

ALLER PLUS LOIN | Tour d'horizon des questions sur les pervers narcissiques avec le psychanalyste Jean-Charles Bouchoux

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.