À quelques jours des grands départs en vacances et alors que 70% des Français choisiront l’hexagone comme destination, nous nous penchons ce soir sur l’accueil des touristes.

Plage méditerranéenne bondée
Plage méditerranéenne bondée © AFP / EXTREME-PHOTOGRAPHER

89,4 millions. C’est le nombre de visiteurs étrangers ayant choisi la France comme destination de vacances l’an dernier. Cette année encore, elle conserve sa première place sur le podium mondial des destinations préférées des touristes. Et avec un objectif affiché de 100 millions de vacanciers étrangers en 2020, le tourisme dans l’hexagone a encore de beaux jours devant lui.

Mais cette France, championne du monde, se donne-t-elle vraiment les moyens d’accueillir dignement ses visiteurs ?

Alors que les témoignages se multiplient ces derniers jours pour dénoncer les attentes aux guichets SNCF, que la grogne monte chez les guides touristiques quant au manque de moyens alloués pour accueillir de manière décente les visiteurs, la politique touristique française ne semble pas au top de sa forme.

Nos invités 

Saskia Cousin, anthropologue, enseignante à Paris Descartes, Auteure d’une sociologie du tourisme et des « miroirs du tourisme ».

Didier Arino, directeur général de Protourisme.

Extraits de l'émission

Didier Arino :

89 millions de touristes en France, c'est totalement du pipeau ! 

"Ces chiffres ne veulent rien dire puisqu'on parle d'arrivées touristiques : à en croire les statistiques, il y aurait autant de touristes belges en France qu'il n'y a de Belges en Belgique ! La réalité c'est qu'on compte X fois les mêmes personnes, c'est-à-dire que l'Anglais qui vit en Dordogne et retourne en Angleterre dix fois par an est comptabilisé 10 fois".

DA : "Tout de même il y a une prise de conscience et les choses se sont améliorées ces dernières années, du fait de l'investissement des collectivités, de la prise en compte du tourisme par les régions, les métropoles, les territoires… avec une croissance. Ce flux qui était extrêmement concentré sur Paris et quelques spots touristiques s'est diversifié"

DA : "Le fait qu'il y ait eu plus de touristes l'année dernière que l'année précédente, c'est une réalité, c'est juste ce chiffre qui ne veut rien dire - pour une raison simple : il y a tous ceux qui traversent notre pays et qui passent juste une nuit dans l'Hexagone. En fait leur destination finale, c'est l'Espagne, l'Italie, le Portugal, le Maghreb… À partir du moment où ces touristes sont passés au-dessus de notre tête avec le développement des vols low-cost, on a eu bizarrement une diminution de la fréquentation".

DA : "Presque 80 % de la fréquentation est une clientèle européenne ; bon nombre de pays européens reçoivent pus de clientèle internationale, lointaine, que la France".

DA : "Mais la France reste, il faut bien le dire, une destination qui fait rêver à l'étranger, et c'est une bonne chose sur laquelle nous pouvons développer une économie touristique et de l'emploi".

Saskia Cousin : 

La France est le premier pays traversé, pas le premier pays visité

Les invités
  • Saskia CousinMaître de conférence en anthropologie à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Didier ArinoDirecteur du cabinet Protourisme
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.