Par peur de la transmission du virus, ces dernières semaines les consommateurs ont souvent privilégié les paiements sans contacts au détriment de l'argent liquide. Une tendance qui promet de s'accentuer avec le développement de nouveaux outils numériques.

Le Covid va-t-il tuer le cash ?
Le Covid va-t-il tuer le cash ? © Getty / Isabel Pavia

Pendant le confinement, les retraits dans les distributeurs ont chuté de près de 50% en volume selon Erick Lacourrège, directeur général des services à l’économie et du réseau à la Banque de France. Conscientes des possibilités de transmissions du virus par les surfaces, certaines enseignes ont même refusé les paiements en espèces. La réserve fédérale américaine (fed) a mis en quarantaine des dollars en provenance d'Asie, et les banques centrales chinoises où sud-coréennes ont désinfectés, parfois détruits, des billets pour endiguer la propagation du virus.

Cette crise sanitaire pourrait-elle signer la fin de l'argent liquide ? Elle conforte une tendance bien amorcée : entre 2016 et 2019, le nombre de paiements sans contact a été multiplié par quatre. A la faveur de l’épidémie, le plafond a été relevé à 50 euros le lundi 11 mai dernier.

Certaines banques développent une carte bancaire équipée d'un capteur d'empreinte digitale, sans plafond de paiement. Les géants du numériques comme Google ou Facebook rejoignent Apple et proposent des applications mobiles qui utilisent les puces NFC des téléphones portables pour payer sans contact. L'évolution promet néanmoins d'être lente, beaucoup de ménages restent dépendants de l'usage des espèces, et les banques centrales européennes n'ont jamais émis autant de billets qu'aujourd'hui.

Les invités
  • Pascale HébelEconomiste, spécialiste de la consommation
  • Fabien TocquéCoordinateur du pôle "Economie, consommation, emploi"​ de l'Union Nationale des Associations Familiales
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.