Le 4 mars 2020, dans un arrêt, la Cour de cassation a considéré que le statut d’indépendant des chauffeurs Uber était en fait "fictif". Cette décision s’inscrit dans un contexte global de mutation du salariat. "Ubérisation de la société" : dépassement du salariat où subordination déguisée ?

L'économie des plateformes Uber ou Deliveroo a-t-elle du plomb dans l'aile ?
L'économie des plateformes Uber ou Deliveroo a-t-elle du plomb dans l'aile ? © Maxppp / Michel Clementz

L’arrêt de la cour de cassation était très attendu, il s’inscrit dans un long continuum juridique quant à la qualification de ces nouveaux travailleurs. L’Ubérisation de la société, comme cela est souvent qualifié, est un processus qui semble s’accélérer en s’inscrivant dans une évolution globale d’individualisation des relations au salariat. Pascal Lokiec, professeur de droit à Paris-I-Panthéon-Sorbonne revient sur ce modèle. 

Le modèle Uber est critiqué, il ne peut plus fonctionner, il s’expose à de multiples contentieux de la part des chauffeurs qui ont été déconnectés.

Les manifestations, blocages ou autres grèves perlées menés par les auto-entrepreneurs des plateformes Uber ou Deliveroo ont été nombreuses ces derniers mois. Ces revendications dénoncent le faux statut d’indépendant, la précarité qui en découle, les baisses de rémunérations ou encore les nouveaux dispositifs de suspensions en cas de refus répétés de courses.

"Nombreux sont les autoentrepreneurs qui ne souhaitent pas devenir salariés" - Communiqué de presse, FNAE

Mais certaines voix offrent un autre son de cloche. Conscient des enjeux de cette mutation, la Fédération Nationale des Autoentrepreneurs et des micro-entrepreneurs milite pour un rétablissement du dialogue social. Selon elle, un statut d’indépendant aménagé en fonction des différentes plateformes est préférable à une requalification globale en statut salarial

Comment ces nouveautés chamboulent-elles le rapport au salariat ?

Qu’est-ce que cela change pour nous, usagés de ce type d’application ?

Avec nous pour en parler

Sophie Bernard, Professeure de sociologie à l’Université Paris-Dauphine, auteure de Le nouvel esprit du salariat (Puf)

Grégoire Leclercq, Président de la Fédération Nationale des Autoentrepreneurs et Microentrepreneurs (FNAE)

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.