Chaque année, le triste bilan des victimes de la route questionne: comment améliorer la prévention? Comment réduire la mortalité?

Des policiers français utilisent un drone pour surveiller les conducteurs sur l'autoroute A10 à Virsac le 7 juillet 2017.
Des policiers français utilisent un drone pour surveiller les conducteurs sur l'autoroute A10 à Virsac le 7 juillet 2017. © AFP / Mehdi Fedouach

Ces dernières années, la sécurité routière a changé son angle d'attaque et préfère désormais sanctionner par le retrait de points plutôt que par la contravention. L'utilisation des nouvelles technologies est aussi plus fréquente. Ce qui n'a pas empêché 2017 d'être une année noire. Une de plus.

1 636 personnes seraient décédées cette année en France entre janvier et juin, d'après l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR).

Bilan actuel

Pourtant la lutte ne cesse de s'intensifier année près année. L'efficacité des radars semble satisfaire les responsables de la sécurité routière: cette année, les bornes autonomes ont flashé 25.6 millions de fois (+26.3% par rapport à l'année précédente) et se sont avérées plus efficaces à hauteur de 18.5% . De manière plus concrète, l'Etat a empoché 920 millions d'euros provenant des contraventions radars.

Des chiffres loin de compenser les 3.4 milliards d'euros qu'investit chaque année le gouvernement dans la sécurité routière.

124 nouveaux véhicules équipés de radar mobile viendront à leur tour, dans un futur proche, patrouiller sur les routes les plus dangereuses de France.

Privatisation

Pour le moment, seuls les policiers et gendarmes sont habilités à la conduite des véhicules à radars mobiles. Un monopole qui pourrait disparaître puisque des prestataires privés rémunérés au kilomètre devraient prochainement prendre la relève. L'opération permettrait de libérer des agents pour d'autres taches. Elle débutera en Normandie avant d'être progressivement étendue aux autres régions.

Dans un récent rapport, la Cour des comptes a noté qu'une partie non négligeable (463 millions) des recettes, en théorie reversée sur un compte de "contrôle de la circulation et du stationnement routier" contribuaient, en fait, au désendettement.

La technologie en route

En Nouvelle-Aquitaine, les CRS relèvent désormais les infractions routières grâce à l'utilisation de drones. L'outil permet un grand angle de surveillance des routes; le résultat est à peu de chose près semblable aux photos prises par hélicoptère, pour un coût ostensiblement moindre.

Ils ne sont pas les seuls à utiliser de nouvelles technologies: l'association Prévention Routière a ainsi utilisé la réalité virtuelle en créant le jeu éducatif "Mène ton enquête". L'objectif est de sensibiliser de manière ludique à la vigilance en voiture (ou autre véhicule).

Afin de prévenir les somnolences au volant, les conducteurs peuvent se procurer le boitier Toucango. Celui-ci indique par des signaux visuels et auditifs à son propriétaire l'apparition des premiers signes de fatigue, en s'appuyant sur un système classique de reconnaissance faciale.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.