L’édition 2020 des soldes estivales s’achèvent aujourd’hui sur un bilan mitigé. Le confinement et les contraintes sanitaires ont mené beaucoup de français à perdre l’envie de flâner dans les magasins et modifier leurs habitudes d’achat. Un nouveau paradigme de consommation semble s’être créé, quel en sera l'impact ?

Dernier jour des soldes : quelles habitudes de consommation depuis le confinement ?
Dernier jour des soldes : quelles habitudes de consommation depuis le confinement ? © AFP / NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS

Reportée de trois semaines à cause de l’épidémie, perturbée par les contraintes sanitaires et mise à mal par l'absence de touristes étrangers, la période des soldes n'annonçait pas de grand miracle pour le crû de 2020. 

Après une perte d'activité conséquente pendant le confinement, de nombreux commerçants attendaient tout de même ce rendez-vous annuel avec impatience. 

Le double objectif d'un écoulement des stocks et d'une relance de la consommation par la baisse des prix du marché représentait une opportunité non négligeable de rebondir malgré les circonstances. 

Selon un sondage mené auprès de 400 commerçants par la chambre des commerces et de l'industrie fin juillet, trois quarts des sondés s'estiment déçus. 

Au delà des problématiques liés au virus en lui-même, ce bilan peut s'expliquer par une tendance visant à consommer moins et de manière plus responsable qui s'est intensifiée ces derniers mois.

Le confinement a été l'occasion pour de nombreuses personnes de revoir leurs modes de consommation. Les circuits court et le "fait maison" ont par exemple été largement privilégiés. 

Ces habitudes semblent se maintenir et pourraient mener à un transformation drastique de plusieurs secteurs d'activité. 

Et vous, avez vous conservé ou modifié vos pratiques d'achat depuis la fin du confinement ? 

Que penser du bilan des soldes de 2020 ? 

Quelle évolution du commerce attendre des conséquences de l'épidémie ? 

Les invités
  • Hélène GorgeMaîtresse de conférence en marketing à l’Université de Lille, spécialiste des habitudes de consommation
  • Pascale Hébel, directrice du pôle « Consommation et entreprise » du Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions
  • Emmanuel Le RochDélégué général du Procos, fédération du commerce spécialisé
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.