Depuis plusieurs semaines, des étudiants bloquent leurs universités pour protester contre la réforme de l'enseignement supérieur. Ils pointent du doigt la nouvelle plateforme "Parcoursup" qu'ils considèrent comme un nouveau moyen de sélection. Certains professeurs refusent, de leur côté, d'étudier les dossiers.

Une quinzaine d’universités sont actuellement bloquées et des manifestations sont organisées dans plusieurs villes
Une quinzaine d’universités sont actuellement bloquées et des manifestations sont organisées dans plusieurs villes © AFP / FRANCOIS GUILLOT

L'idée est née d'une colère, et on s'en souvient : celle des étudiants, des parents, des professeurs après le fiasco de APB, les admissions post-bac et le tirage au sort pour entrer à la fac. 

"Plus jamais ça" a dit la ministre de l'enseignement supérieur.

Qui a donc inventé Parcoursup ?

10 voeux validés par le lycée

Et des dossiers dans "les filières en tension" qui arrivent devant une commission destinée à les classer, en fonction des attentes. Voilà ce qui est nécessaire dans cette filière. Et voyons si vous avez ces qualités.

L'idée c'était, de refuser le tirage au sort, et d'éviter les 60% d'échec en première année de fac. Sauf que tout ne roule pas très bien. Les étudiants se sont levés dans certaines facs pour dire "non à la sélection".
Des professeurs d'université refusent de trier les dossiers. Certains enseignants de lycée valident chacun des 10 choix, refusant de censurer le choix des élèves.

Mais qu'est-ce qui coince alors ? Comment faudrait-il faire ? La solution serait-elle d'ouvrir simplement grand les portes de la fac, de rajouter de la place ? Et puis surtout, qu'est-ce qui se passe maintenant ? Comment cela va se passer pour les bacheliers de juin ?

Cela promet d'être compliqué. Parlons-en ensemble !

Soyez les bienvenus ! 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.