Pendant un mois, la fête a été au rendez-vous dans les tribunes, les fans zones et devant les écrans de télévision. Quelle marque laissera l'Euro ?

L’issue de l’Euro 2016 n’a pas été celle espérée hier soir, lors de la finale qui a opposé l’équipe du Portugal à celle de la France. Au lendemain du dernier match, que reste-t-il de l’Euro ? L’amertume d’une victoire manquée de trop près, ou bien le moral des Français retrouvé ?

L'Euro n'a probablement pas réussi à réunir les Français de la même manière que la Coupe du Monde de 1998. Mais les stades, les périmètres réservés aux supporters et les terrasses où l'on s'est attablés face aux écrans, ont connu une affluence certaine. Avec 20,8 millions de téléspectateurs pour France - Portugal et en moyenne 8,9 millions de téléspectateurs pour tous les matchs diffusés à 21 heures, de nouveaux records d'audience ont été atteints. Alors, peut-on parler d'engouement populaire ? Et d'ailleurs, comment le mesurer ?

La Fédération Française de Football a mis les bouchées doubles pour satisfaire les supporters des Bleus. Côté organisation et sécurité, le Gouvernement a réalisé un sans-faute, malgré un risque d'attentats élevé. Seuls des incidents entre hooligans à Marseille sont à déplorer. Cela suffit-t-il à faire de l'Euro un pari réussi ?

Après une année difficile pour les Français et dans un contexte social conflictuel avec la loi travail, le pays s'est-il ressoudé grâce au sport ? Et vous, qu'en pensez-vous ? Quelles seront les conséquences sociales de l'Euro ? Avec le Tour de France et les Jeux Olympiques de Rio, risque-t-on l'overdose de compétitions sportives cet été ?

Vos questions dès 18h au 01 45 24 70 00 et dès maintenant sur le site de l'émission et les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, #telsonne

Invités :

Jacques Vendroux - Directeur des sports à Radio France

Philippe Randé - Reporter

Nicolas Hourcade - Sociologue, spécialiste des supporters de football, professeur agrégé en Sciences Sociales à l'Ecole centrale de Lyon

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.