D'abord saluée pour sa gestion de crise, la Chine est aujourd'hui sujette à soupçons. Pressions sur l'OMS, inertie de la réaction, camouflage de certaines informations... le « soft-power » chinois est fragilisé.

Le président chinois Xi Jinping, lors d'une intervention télévisée
Le président chinois Xi Jinping, lors d'une intervention télévisée © AFP / David Himbert / Hans Lucas

Dans une nouvelle sortie polémique auprès d'une journaliste américaine d'origine chinoise, le président Donald Trump a réitéré ses critiques à l'encontre de la Chine. Aussi, plusieurs personnalités pointent du doigt la communication particulièrement tardive sur la situation à Wuhan.

La République Populaire ne se laisse pas faire. Les autorités optent pour une stratégie agressive incarnée dans la fameuse « diplomatie des masques » : la Chine s'impose en modèle de gestion de crise et propose son aide à quiconque en ferait la demande.

Avec nous pour en parler, Valérie Niquet est maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Spécialiste des relations internationales, elle est responsable du pôle Asie de la Fondation.

Chroniques

Le virus sur la carte, par Aurélien Colly. Au Liban, la crise sanitaire est venue s’ajouter à la pire crise économique et financière que le pays ait connue.

Foule continentale, par Caroline Gillet. Le journal des confinés du monde entier (en intégralité ici) retourne voir Victor. Le pharmacien carioca partage sa tristesse quant à l'annonce de la mort de l'immense parolier brésilien Aldir Blanc, décédé du covid.

Le monde d'après, par Jean-Marc Four. La fermeture des frontières dans plusieurs pays en Europe entraîne la cacophonie.

Les invités
  • Valérie Niquetresponsable du Pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.