Le "téléphone sonne" est ce soir en direct de Strasbourg pour parler de la politique industrielle européenne. Avec le refus de la fusion Alstom-Siemens par la commission il y a quelques jours, les gouvernements français et allemand souhaitent refonder les règles de la concurrence européenne.

La commission européenne a rejetté la fusion Alstom-Siemens
La commission européenne a rejetté la fusion Alstom-Siemens © AFP / Thomas SAMSON

Politique industrielle européenne : mythe ou réalité?

C’est un échec qui a fait couler beaucoup d’encre et provoquer de nombreuses réactions : il y a quelques jours, la commission a refusé la fusion Alstom-Siemens. 

Un refus au nom des bienfaits de la concurrence, de l’équité pour les entreprises, un refus censé être favorable aux consommateurs. 

Il est très important de ne pas tomber dans le piège de penser que le « grand » est toujours mieux, a expliqué Margrethe Vestager.
Mais voilà, le patronat, les gouvernements français et allemands n’ont pas digéré la décision. « Une erreur » pour Bruno Lemaire.
Avec son homologue allemand Peter Altmaier, il souhaite refonder les règles de la concurrence européenne, à l’heure où, selon les deux ministres, il faut prendre comme référence le marché mondial et non plus européen.
La vraie question qui se pose aujourd’hui : politique de concurrence et politique industrielle sont-elles devenues à ce point incompatibles qu’elles empêcheraient toute création de champions européens ? En clair, face aux « ogres » chinois et américains, l’Europe est-elle l’idiote du village planétaire qui se laisse croquer toute crue ? La politique industrielle européenne n’est-elle qu’un mythe ? Deviendra t-elle un jour une réalité ? S’il y a une une industrie en Europe, existe t-il une industrie européenne ?

Posez vos questions à nos invités au 01 45 24 7000 : 

  • Dominique Riquet, Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe.
  • Christine Revault d'Allones-Bonnefoy, Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen.  
  • Andreas Schwab, Groupe du Parti populaire européen (Démocrates-Chrétiens).
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.