Reforme du marché du travail : d’autres pays se sont engagés dans cette voie. Au nom de l’emploi, la flexibilité et la précarité, sont-elles devenues des passages obligés ?

France, Italie, Espagne, Allemagne, pays du nord de l’Europe, depuis plusieurs années, la plupart des pays européens se sont engagés dans de vastes réformes de leur marché du travail.

Au nom de l’emploi, les mots fluidité, flexibilité, flexisécurité mais aussi précarité sont apparus dans les rapports entre salariés et entreprises. Pour quels résultats? Bons dans certains pays, mitigés dans d’autres.Toutes ces réformes ont un dénominateur commun: elles marquent la fin de l’Etat providence.

Pourtant, même si ces dernières années le mot social avait quasiment disparu du vocabulaire européen, il réapparaît doucement.

Face au sentiment de déclassement social qui nourrit les partis europhobes, la commission a présenté au printemps un socle des droits sociaux censés montrer la voie aux Etats européens qui trainent des pieds pour renforcer les protections des salariés.

Simple opération de communication pour certains. Les Etats veillent en effet jalousement a leur prérogatives en matière sociale.

L’Europe est elle encore sociale ?

Les invités
  • Enrique Calvet ChambonGroupe Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
  • Claude RolinDéputé PPE Belge
  • Maria João RodriguesDéputée européen : Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, Portugal : Partido Socialista
Programmation musicale
  • DA SILVAJOHN MC ENROE
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.