Les épreuves « continues » du baccalauréat sont expérimentées pour la première fois depuis janvier. Résultats des courses, pour l'instant : des professeurs en grève, des lycéens inquiets ou en colère, des épreuves chaotiques parfois reportées... Comment améliorer ce nouveau système ?

Des lycéens manifestent contre la réforme du bac tandis que d’autres attendent les épreuves "e3c", à l’école René Cassin de Montfort-sur-Meu, janvier 2020
Des lycéens manifestent contre la réforme du bac tandis que d’autres attendent les épreuves "e3c", à l’école René Cassin de Montfort-sur-Meu, janvier 2020 © AFP / Damien Meyer

Lycéens, futurs bacheliers ou parents inquiets : ceci vous concerne. Ce soir, nous revenons sur ces quelques semaines d'épreuves de contrôle continu, dites E3C, pour lesquelles les élèves de première et de terminale jouent cette année les rats de laboratoire. 

C'est la première fois, en effet, que la réforme Blanquer du baccalauréat se concrétise dans les lycées. Avec une série de couacs qui mettent à mal cette innovation, destinée à métamorphoser - et moderniser - l'obtention du précieux sésame. 

Les tensions et l'inquiétude existaient, certes, avant même la tenue des épreuves. Organisation des examens, choix des sujets parmi une banque nationale, contrôle continu... Syndicats de proviseurs, de professeurs et de parents s'étaient déjà fait entendre en vue d'un mois de janvier chaotique.

Depuis le début de la période d'examens, ça n'a pas manqué. On a vu des établissements bloqués, des épreuves se tenant dans des conditions ubuesques, parfois reportées, des menaces de zéro pointé sur des étudiants réfractaires... Et même, il y a deux jours, un lycéen de 15 ans mis en examen lors du blocus du lycée Thiers, à Marseille. 

Le ministère affirme que tout s'est déroulé correctement dans « 85% des établissements ». Ce qui n'a pas empêché le ministre de l'Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, d'évoquer la possibilité de faire évoluer les E3C, sans en préciser encore les orientations. 

Que va-t-il se passer maintenant, notamment avec les épreuves du mois d'avril ? 

Comment améliorer et fluidifier le nouveau système ? 

Quelles sont les mesures à abandonner, ou à adopter ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter -  01 45 24 7000 -, sur l'application France Inter ou par e-mail directement, à l'adresse telsonne@radiofrance.com

Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.