Quand les rires et les larmes ne trouvent plus leur place lors des cérémonies, qu’on enterre les morts à la va-vite ou qu’on reporte les mariages en attendant des jours meilleurs.

Mariés portant des masques
Mariés portant des masques © Getty / Phynart Studio

Ces défunts que les familles n’ont pu enterrer dignement… Qu’elles n’ont parfois, même pas pu saluer, par peur du Covid…

Ces dépouilles, qui faute de places en chambres mortuaires, ont dû être entreposées dans des lieux improbables.

Ces cérémonies réduites à la portion congrue, comme un chagrin supplémentaire.

Pour que l’adieu ait lieu, certains se retrouveront plus tard. 

Et que dire des futurs mariés, qui ont dû reporter leur noce, alors qu’ils avaient tout préparé et lancé les invitations depuis des mois ? 

Une majorité d’entre eux ont préféré renvoyer le mariage à plus tard

Nos invités

  • Michel Kawnik, président de l’association française d’information funéraire. 
  • Stéphane Seban, créateur du magazine « Marions-nous » et fondateur du Salon du Mariage. 
  • Alexandre Lacroix, directeur des rédactions de Philosophie Magazine.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.