Avec plus de 23 000 morts, les États-Unis est le pays le plus touché par la pandémie du coronavirus. La gestion de la crise de la part du président Donald Trump est vivement critiquée. Douglas Kennedy nous livre sa vision de la situation.

L'écrivain américain Douglas Kennedy au Festival de Deauville en 2016
L'écrivain américain Douglas Kennedy au Festival de Deauville en 2016 © Getty / tephane Cardinale - Corbis

A New-York, épicentre de la pandémie du pays, les décès semblent se stabiliser. Donald Trump, très critiqué pour sa gestion de crise tardive, se tourne déjà vers l'après. Entre bras de fer avec les gouverneurs et critiques médiatiques, le président américain semble de plus en plus esseulé.

Douglas Kennedy, auteur de nombreux romans à succès, porte un regard très critique sur les États-Unis contemporains. Il y dénonce le puritanisme religieux ou encore les dérives du capitalisme exacerbé. Cette crise est l'occasion pour lui de continuer à déconstruire l'Amérique de Trump, pour, peut-être, envisager un avenir meilleur.

Mais aussi :

Le virus sur la carte, par Emeline Vin, ce soir dans "les deux Irlandes". Pays très proches géographiquement, mais qui optent pour des stratégies différentes pour lutter contre la pandémie.

Foule continentale, par Caroline Gillet. Dans le journal des confinés du monde entier (en intégralité ici), on retrouve ce soir le jeune algérien Amine pour un deuxième épisode. Il évoque le Hirak et ses occupations pendant le confinement.

Le monde d'après, par Jean-Marc Four. Et si on aidait l’Afrique ?

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.