Top départ pour la Coupe du monde de football ! Pour certains, des soirées sont déjà bloquées, pour d’autres c’est plus compliqué à assumer. Aimer le foot rime parfois avec passion honteuse. Mépris intellectuel, mépris de classe il faut bien le dire. Pourtant il y a mille raisons d’aimer ce sport, on en parle !

Les bleus face au USA lors du match amical avant le lancement de la coupe du monde
Les bleus face au USA lors du match amical avant le lancement de la coupe du monde © AFP / ELYXANDRO CEGARRA / NurPhoto

Lorsqu’une présentatrice télé fait une blague sur les vingt-deux millionnaires en short pour lancer un sujet Coupe du monde de football, elle est obligée de s’excuser sur les réseaux sociaux, tant elle a provoqué un tollé. 

Ce n’est pourtant pas faux, le foot c’est un pognon de dingue comme dirait quelqu’un. 

Et pourtant

On sait aussi que le foot est capable de provoquer des comportements hors de toute mesure comme le hooliganisme, le racisme dans les tribunes, les bas instincts flattés par la foule qui hurle. 

Et pourtant

On sait aussi qu’il y a de la triche, regardez l’état de la Fifa. 

Et pourtant, et pourtant 

Il ne peut y avoir trois milliards d’irresponsables imbéciles dans le monde, ce n’est pas vrai. Nous n'allons pas vous resservir Camus mais saviez-vous que Chostakovitch était fou de son équipe de Leningrad, que Giraudoux adorait le foot, Nabokov aussi, Céline, André Maurois. Olivier Guez l’écrit magnifiquement, Philippe Delerme aussi.  

Devant des joueurs d’exception, des émotions qui soulèvent les peuples, les avenues qui se remplissent de gens heureux. Faudrait-il bouder son plaisir et jeter tout ce qui nous fait chavirer en levant le petit doigt d’un air dégouté ?

Pendant la Coupe du monde, qu’on le veuille ou non, tout s’arrête. On va chez le voisin qui a une plus grande télé, les voitures contournent la foule qui déborde sur les trottoirs des cafés qui retransmettent les matchs, on fait la queue sans râler pour entrer dans les fans zones. On aime le geste, l’ambiance, l’histoire, on le vit au premier degré, intello, cérébral, basique. 

Alors amis râleurs, amis allergiques, boudeurs de grandes messes en perruques et maquillage, réfractaires du corner, révoltés du maillot bleu, récalcitrants de la chips, ne laissez pas la horde de ceux qui mouillent rarement le maillot au sport mais le portent devant la télé. Et respirez par le ventre, ça va bien se passer. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.