Onze jours après sa prise de fonction, l’heure du grand oral a sonné pour Jean Castex. Son discours de politique générale devant l’assemblée fait suite à l’entretien télévisé d’Emmanuel Macron et vient préciser la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois.

« C’est un rendez-vous avec soi-même, il faut sentir le pays, à la fois s’inscrire dans les orientations du chef de l’Etat et puis avoir conscience qu’il faut faire des choses précises et concrètes, parce qu’on a six-cent jours » - Jean Castex au Figaro-

Lors de l’intervention télévisée du 14 juillet, Emmanuel Macron a évoqué beaucoup de mesures vouées à être mise en place par l’exécutif sans toutefois rentrer dans les détails.

Beaucoup de sujets ayant retenu l’attention comme l’écologie, le plan de relance, les retraites ou encore le port du masque dans les lieux clos étaient restés en suspens. C’est donc au tour de Jean Castex de venir éclairer les français sur les intentions du nouveau gouvernement.

-          Quel plan de relance après la crise ?  – 

« Les crises ont ceci de singulier qu’elles jouent le rôle de révélateur »  - Jean Castex devant l'Assemblée Nationale

Le chef de l’Etat avait déjà annoncé un plan de relance voué à soutenir les secteurs industriels, écologiques, locaux, culturels et éducatifs. Son déploiement se verra alloué d’un budget de cent milliards d’euros. 

Pour Jean Castex, c’est un « enjeux économique, mais aussi sociétal et démocratique ». 

S’il reconnait que la crise a mis en lumières les difficultés et parfois les erreurs du gouvernement, il affirme que ce plan permettra de ressouder une France ébranlée par l’épidémie. 

Selon le premier ministre, son contenu devra être concerté par l’ensemble des partenaires sociaux ainsi que les collectivités territoriales, et le gouvernement présentera un point précis de ce plan et ses impacts tous les deux mois. 

Coté environnement, l’ancien « monsieur déconfinement » a annoncé que les mesures de relance seront un accélérateur puissant pour la transition écologique : « Je crois en la croissance écologique, pas à la décroissance verte ». Un des enjeux primordiaux sera selon lui de concilier transition écologique et pouvoir d’achat.  

D’ici la fin de l’année, tous les territoires devront-être pourvus d’un plan d’aménagement et de développement durable. 

S’il a justement beaucoup insisté sur le rôle des territoires, d’autres sujets comme la participation citoyenne, le soutien des étudiants précaires, l’égalité des chances, la régulation des publicités ou dans un autre registre la lutte contre l’islam radical et les violences en manifestation sont venus étayer son discours. 

Êtes-vous convaincus par cette nouvelle feuille de route du gouvernement ?

Le discours vous a-t-il permis de comprendre plus clairement les intentions de l’exécutif ? 

Quelles précisions souhaiteriez-vous avoir concernant les mesures annoncées ?  

Un débat puis un vote font suite au discours afin de sonder l’appui des parlementaires. Pour rappel, la première déclaration de politique d’Edouard Philippe avait en 2017 recueilli 370 votes favorables et 67 votes contre. 

Les invités
  • François AsselinPrésident de la CPME - Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises est une organisation patronale interprofessionnelle
  • Agnès Pannier-RunacherMinistre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Industrie.
  • Fabien RousselSecrétaire national au parti communiste
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.