Alors que la crise du coronavirus aggrave une situation de précarité qui touche de plus en plus de jeunes, l’exécutif et les associations s'activent pour tenter de limiter les dégâts.

Génération Covid-19 : génération galère ?
Génération Covid-19 : génération galère ? © Getty / Mikhail Tereshchenko\TASS

Le ministre de l'économie Bruno Le Maire a annoncé une suppression d'environ 800 000 emplois dans les prochains mois, conséquence de la crise du coronavirus. Ce sont les CDD, les contrats d'intérim et d'apprentissage, où les jeunes sont sur-représentés, qui sont écartés en premier lieu selon l’Observatoire français des conjonctures économiques. 

Dans son dernier rapport, l’Organisation internationale du travail qualifie les moins de 25 ans comme les principales victimes des retombées économiques de la pandémie.

Cette crise vient empirer une conjoncture déjà difficile. Selon l'Insee, près de 20% des jeunes de moins de 25 ans cherchaient du travail fin 2019. C'est deux fois plus que la population active. Alors qu'on évoque que ce même chiffre pourrait dépasser les 30% à cause de la crise, certains n'hésitent pas à parler d'une « génération covid sacrifiée ».

En urgence, des versements de 200 euros destinés à près de 800 000 étudiants précaires ont été débloqués par le gouvernement. Plusieurs universités et écoles se sont organisées pour fournir une aide financière aux jeunes les plus en difficultés. 

Afin de favoriser l'emploi, l’exécutif a promis de verser une prime aux entreprises de 5000 euros (pour un mineur) et de 8000 euros (pour un majeur) pour chaque embauche en apprentissage.

Les invités
  • Antoine DulinPrésident de la commission insertion des jeunes au CESE
  • Orlane FrançoisPrésidente de la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.