Vendredi dernier, à Belfort, un élu Rassemblement National a sommé la mère d’un élève de retirer son voile lors d’une visite du conseil régional. Selon un sondage Ifop, 2 Français sur 3 sont favorables à l’interdiction du voile en sortie scolaire – autorisé par la loi de 2004. Où en est-on sur cette question épineuse ?

Le voile à l'heure de la sortie
Le voile à l'heure de la sortie © Maxppp / LE MIDI LIBRE

Tout a commencé par une provocation : l’élu Julien Odoul (RN), devant le public du conseil régional de Bourgogne, où une sortie scolaire avait lieu, a intimé l’ordre de dévoiler une mère accompagnant des élèves, avant de quitter la salle. Une décision justifiée par la « provocation islamiste » que serait le voile. Son propre camp, mal à l’aise face à la violence de la scène, a condamné la forme du geste, plus que le fond. 

Cela a suffi à embraser à nouveau ce sujet clivant en France, trois semaines après la diffusion d’une affiche de campagne de la FCPE, syndicat de parents d’élèves, qui défendait le droit des mères musulmanes à participer aux sorties scolaires.

Le son de cloche de la majorité semble un peu dissonant face à la polémique

Quand le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer estime que le voile « n’est pas souhaitable dans nos sociétés »,  la porte-parole Sibeth N’Diaye voit plutôt la présence publique de ces mères musulmanes comme « un signe d’intégration positif ». Des dissensions qui s’expriment sur fond de débat sur l’immigration et la radicalisation - où le ton s’est nettement durci ces derniers jours à l’égard du « communautarisme musulman ». 

Pour trancher les désaccords, le Premier Ministre s’est fendu aujourd’hui à l’Assemblée d’un rappel à la loi de 2004 sur la laïcité à l’école. Car le port de signes religieux tels que le voile est autorisé par la législation, tant que l’on n’est pas détenteur d’une mission de service public.

Mais au fond, au-delà de ce qui est légal ou non, le voile est un sujet de société en France : il divise, il interroge le rapport des Français à l’islam et à sa pratique. Il inquiète, et est souvent assimilé à une aliénation des femmes, au patriarcat. Les chercheurs, eux, appellent à la prudence - rappelant qu’il existe non pas un, mais des voiles, avec des significations plurielles. 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.