En annonçant le reconfinement, Emmanuel Macron a reconnu que la stratégie "tester, tracer, isoler" a été un échec. Faut-il profiter de ce deuxième confinement pour tester tout le monde ? Doit-on mettre en place le traçage rétrospectif ? Le dépistage massif en entreprise et dans le milieu scolaire est-il une solution ?

Tester, tracer, isoler : peut-on reprendre la main ?
Tester, tracer, isoler : peut-on reprendre la main ? © AFP / Ludovic Marin

Ça va mieux sur le front de l'épidémie. Ça ne va pas fort mais ça va mieux, les chiffres sont là pour le dire. Mais en même temps, c'est maintenant que tout commence.

Maintenir le confinement, ça c'est clair pour le gouvernement, mais l'objectif est surtout d'éviter les montagnes russes dès que nous aurons plus de liberté pour éviter une 3ème vague...

Ce qui est aussi un fait objectif, c'est que le triptyque qu'on nous a vendu à la fin du 1er confinement, "tester - tracer - isoler", s'est laissé déborder de toutes parts. Quiconque a fait la queue pendant des heures devant un labo - et nous sommes très nombreux dans ce cas - est là pour en témoigner.

Le "tracing descendant", c'est à dire la recherche des cas contacts qu'a pu rencontrer une personne positive, n'a pas empêché la propagation très rapide du virus. Alors plusieurs idées émergent : celle d'un traçage à l'envers, un "tracing ascendant", comme l'ont fait les japonais, qui ne va pas chercher qui vous avez pu contaminer mais qui vous a contaminé. Cela part du principe que 15 à 20% des infectés seraient responsables de 80% des contaminations.

Par ailleurs, nous savons le très grand nombre d'asymptomatiques. L'autre méthode - celle de Liverpool, celle des Slovaques - est de tester massivement afin d'isoler le plus vite possible les personnes positives, ce qui cassera les chaines de contaminations.

Saurons-nous faire ça ? Nous devrons savoir le faire de toutes façons, faute de quoi la 3ème vague ne sera pas une option. 

Avec nous pour en parler et pour répondre à vos questions, Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille et Renaud Piarroux, épidémiologiste à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, auteur de La vague, l'épidémie vue du terrain (CNRS Editions). 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.