Google dans le visuer de l'UE
Google dans le visuer de l'UE © REUTERS/Dado Ruvic / REUTERS/Dado Ruvic

O comme optimisation fiscale. Alphabet, maison-mère de Google, a installé son siège social dans le Delaware, petit état des Etats-Unis, connu pour ses largesses fiscales. 950 000 entreprises sont également domiciliées à cet endroit, profitant de l’absence totale de taxe locale. Ce montage fiscal symbolise le comportement devenu la norme des grandes firmes multinationales.

L’évasion fiscale coûterait 1000 milliards d’euros à l’Union Européenne. Bruxelles s’attaque donc à ces bénéficiaires et particulièrement aux entreprises au comportement fiscal douteux. La commission européenne souhaite une harmonisation des règles fiscales entre les pays européens, qui profitent actuellement à ces entreprises, et qu’elles paient leurs impôts là où elles font du bénéfice. Cependant ces réformes sont extrêmement difficiles à mettre en place : la fiscalité est relative à la souveraineté nationale et l’unanimité des Etats-membres de l’UE est nécessaire.

Quelles sont les limites juridiques de l’optimisation fiscale ? Y-a-il une différence entre évasion et optimisation fiscale ? Les grandes firmes multinationales ont-elles un passe-droit ? Un système fiscal trop strict n’alimente-t-il-pas ce qu’il combat ? Un impôt minimum pour les grandes entreprises doit-il être insufflé ? Et vous, que pensez-vous de l’optimisation fiscale ?

Vos questions dès 18h30 au 01 45 24 70 00 et dès maintenant sur le site de l'émission et les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, #telsonne

Invités :

Manon Aubry, responsable Plaidoyer Justice fiscale chez OXFAM, association de solidarité internationale contre la pauvreté et des injustices [par téléphone ]

Eric Desmorieux , avocat fiscaliste associé au cabinet AURELIA [par téléphone ]

Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.