Le troisième temps fort de la grande mobilisation contre la réforme des retraites, c’était aujourd’hui. Après cette journée, peut-on s’attendre à une avancée vers le dénouement de la crise ?

Nouvelle journée de mobilisation : et après ? Mobilisation à Perpignan contre la réforme des retraites, fonctionnaires et employés du secteur privé marchant ensemble, le 17 décembre 2019
Nouvelle journée de mobilisation : et après ? Mobilisation à Perpignan contre la réforme des retraites, fonctionnaires et employés du secteur privé marchant ensemble, le 17 décembre 2019 © AFP / JC MILHET / HANS LUCAS

La manifestation de ce 17 décembre ressemblait, pour les opposants à la réforme, à un défi : celui de mobiliser autant, si ce n’est plus, que pour le premier acte du mouvement, douze jours auparavant. Avec un espoir renouvelé pour le « front unitaire » présenté par l’opposition, galvanisé par le départ de Jean-Paul Delevoye du haut-commissariat à la réforme. 

Les rangs de cette opposition ont été grossis il y a une semaine par le ralliement des syndicats dits réformistes - dont la CFDT et l’UNSA - et des étudiants. Enseignants, personnels soignants ou avocats défilent donc ensemble, aujourd'hui. Une alliance de circonstance qui n’efface pas des divergences de vision, irréconciliables souvent, sur le système de retraites. 

Le gouvernement prédisait déjà, hier, une mobilisation « importante ». Si les chiffres de la participation ne sont pas encore précisément connus, la CGT parle de 350 000 manifestants à Paris, quand un décompte de l'AFP donne au moins 360 000 personnes hors de Paris, en milieu d’après-midi.

De nouvelles rencontres devraient être organisées mercredi et jeudi, dans l’espoir de réunir les camps autour de la table des négociations. Reste à savoir ce qu’on peut en attendre, alors qu’Edouard Philippe a rappelé aujourd’hui sa « détermination totale » à mener une réforme que les syndicats décrient à l’unanimité… La sortie de crise ne semble donc pas à l’horizon, alors que le trafic de la SNCF sera encore fortement perturbé demain, tout comme les transports parisiens.

Après cette mobilisation unitaire, quelle issue peut-on envisager, alors que la situation semble s’enliser ? Quelle a été l’ampleur de cette troisième grande mobilisation ? Peut-elle changer la donne ? Y'aura-t-il une « trêve », à l'arrivée des fêtes ? 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.